Marianne Faithfull – l’étoile parmi les étoiles

Si je devais en rencontrer une, une seule, ce serait elle

Je viens de me rendre compte que je n’avais toujours pas fait d’article sur Marianne Faithfull, il n’est jamais trop tard. Je viens justement de terminer sa seconde biographie qui m’a donné la larme au p’tit n’oeil.

Il y a des artistes qui ont eu une vie hors du commun, qui ont vécu et connu des choses tout aussi incroyables qu’atroces, qui ont ressuscité à plusieurs reprises et qui semblent indestructibles.  Dans cette catégorie, il y a Keith Richards et Marianne Faithfull.

13567301_10155141189253975_2126765645876125401_n
Marianne Faithfull – 2014

Marianne Faithfull a donc écrit 2 biographies et je vous les conseille grandement ! La première (Marianne Faithull : une vie) date de 1995 et elle n’épargne personne. La seconde date de 2008, c’est la suite de la première et elle revient sur certains chapitres de la première. Vous pouvez lire la seconde (Marianne Faithfull : mémoires, rêves et réflexions) sans avoir lu la première, surtout que la première est assez difficile à trouver. Elle est d’une drôlerie sarcastique sans faille, mais également d’une grande Grande GRANDE connaissance littéraire et artistique, ce genre de puits sans fond, qui a tout connu, tout vécu, qui a côtoyé des pépites, et qui s’est retrouvée dans les situations les plus terribles ; drogues, alcool, la rue, les véreux….

Le dernier chapitre de sa 2e autobiographie est très touchant, elle explique avoir arrêté l’alcool et la cigarette (…je l’ai vu quelques années plus tard où elle clopait encore sur scène mais sur la dernière date au Trianon, pas une cigarette, elle s’appuyait uniquement sur une canne, essoufflée, chantant parfois même assise) après avoir surmonté un cancer du sein. Elle disait vouloir reprendre le cours de sa vie avec François (François Ravard, dont elle se séparera en 2009 après 15 ans de vie commune) et reprendre la scène dans ses beaux mocassins Louboutin.

Il s’en sera passé des choses dans sa vie, et elle reste, pour moi, la plus grande dame de la musique rock (mais que dire dans ce cas de Patti Smith ? Bah ma chouchou, c’est Marianne mais j’adooooore Patti aussi). Ce billet ne consistera pas à résumer en quelques lignes une telle vie, je vous conseille simplement de lire ses mémoires, d’écouter ses albums et d’aller la voir en live, même si la Marianne 2016 n’est pas celle de 2015 et encore plus loin de celle de 2014…

Je retiendrais une chose de ces 2 livres, c’est l’amour que Marianne porte à Keith et inversement. On sortant de ces lectures, je les ai trouvés touchant, comme 2 gamins qui prennent soin l’un de l’autre. Certes, chacun a fait sa vie et ils n’auront couché qu’une fois ensemble, mais Marianne parle de Keith comme elle ne parlera jamais de Mick Jagger avec qui pourtant, elle aura vécu plusieurs années (avant de le quitter pour John Dunbar, puis Ben Brierly puis Giorgio Della Terza).

Il y a une chose que je ne connais pas de Marianne, ce sont les films dans lesquels elle a tourné (avec entre autre Alain Delon), ou les pièces de théâtre dans lesquelles elle a joué de grands rôles de dramaturge, j’espère prendre le temps un jour….

10373833_10154613239608975_3299442272097499269_n
David Bowie & Marianne Faithfull – 1980

Si depuis le début, vous vous demandez qui est Marianne, alors là, j’ai envie de vous dire que vous ne pouvez pas rester dans cette ignorance ! Certes, sa beauté lui a donné accès aux plus grandes rock star de l’époque des 60’s, et en plus d’avoir été la petite amie de Mick Jagger (65-70), et d’avoir interprété des titres des Rolling Stones, bien avant qu’eux mêmes les chantent (As Tears Go By par exemple qu’elle chantera à l’âge de 17 ans ou encore Sister Morphine qu’elle composera suite au décès de Brian Jones mais qui ne sera reconnue qu’une fois jouée par les Stones), Marianne est une chanteuse hors pair, âgée aujourd’hui de 69 ans.

Je ne peux que vous conseiller l’excellentissime Broken English, puis dans un autre registre l’album Before The Poison (composé par Nick Cave, PJ Harvey…), Strange Weather, Vagabond Ways ou encore son tout dernier album, tout aussi génial, Give My Love To London. Si vous écoutez des enregistrements antérieurs à Broken English, paniquez pas sur la voix, on parle bien de la même femme qui, sur Sister Morphine a une voix délicate et claire, et qui, sur Ballad Of Lucy Jordan, a une voix des plus rocailleuse, qui ne la quittera plus. Je vous conseille aussi l’album live Blazing Away, enregistré dans une église qui comporte la meilleure version du titre Guilt.


J’ai eu l’immense privilège de la voir plus d’une fois en concert, et j’ai repris une place pour sa date au Bataclan prévue le 25 novembre 2016. Seulement voilà, j’ai un mauvais pressentiment. La dernière fois que je l’ai vue, c’était le 7 octobre 2015, au Trianon, et elle n’était vraiment pas en forme. En tant qu’ancienne junkie, elle ne peut pas prendre de morphine et elle souffre toujours autant de sa hanche, elle prend donc des corticoïdes, elle a pris beaucoup de poids et ne fait plus que des set de 40 min…Alors si vous n’avez toujours pas eu l’occasion de croiser sa route sur scène, prenez le risque de prendre une place au Bataclan, car je pense que ce sera une de vos dernières chances…

Je n’oublierai jamais la soirée au New Morning, en 2013. Alors que j’étais arrivée un peu en retard, je me suis retrouvée au fond de cette toute petite salle. 20 minutes avant l’entrée en scène de Marianne, une main se posera sur mon épaule, d’une extrême délicatesse, en me faisant signe de ne rien dire. C’était elle, Marianne, à côté de moi, qui contemplait la salle pleine. Elle restera 2 minutes, avec un vieux châle dans une salle plongée dans la pénombre. Je suis restée transi sur place, puis elle est repartie, à l’arrière du bar, se prendre surement un petit whisky…


Niveau vie personnelle, Marianne vit la majorité de l’année dans son appartement à Paris, elle s’occupe de ses roses, de recevoir sa grande amie, la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot (qui est d’ailleurs venue l’accompagner sur scène au Trianon l’année dernière) et de cirer ses Louboutin

22
Marie-Agnès Gillot & Marianne Faithfull – 2015

Tout ça pour dire quoi ? Que le monde sera bien triste lorsqu’il aura perdu Marianne & Keith. Hâte de vous revoir madame Faithfull, le 25 novembre, je l’espère…

Keith_Faithfull.jpg
Keith Richards & Marianne Faithfull – 1996

NB : j’ai commencé à écrire cet article le 28 juillet, et à l’heure ou je suis en train de le terminer, je viens de voir que sa date prévue ce soir à Carcassonne est annulée, 3h avant le début du concert…Marianne est « malade ».


collect_faithfull
le minimum à avoir dans sa collection de CD, livres et DVD

Crédits photos en N&B prises sur sa page FB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s