Vernon Subutex 1&2 (…3) – Virginie Despentes

Oubliez tout ce que vous avez pu lire jusqu’à présent !

Vernon Subutex 3 sortira le 24 mai


Bon, d’accord…on ne met pas pour autant 1984 d’Orwell de côté (merci encore à une ancienne amie de me l’avoir offert) mais pour ce qui est du reste…

Vernon Subutex est une sacrée claque ! Je ne pensais pas dévorer à ce point un livre, et par chance, ce n’est pas un livre, ni deux mais bien trois. Vernon Subutex est donc une trilogie, écrite par Virginie Despentes (actuellement, seuls les 2 premiers tomes sont sortis).


Dois-je présenter l’auteure ? « Militante » « j’ai longtemps été hétéro mais ma vie est bien plus heureuse depuis que je la partage avec l’écrivain philosophe espagnol Beatriz (devenu depuis Paul Preciado. Elles se sont séparées après 9 ans de vie commune). Je ne traine qu’avec des lesbiennes et j’adore ça » (je vous conseille cette ITW), Virginie Despentes a d’abord rencontré le succès avec le scandale de son roman Baise-moi. Elle a tout connu, et aujourd’hui elle est reconnu (et je pense qu’elle s’en fout). Elle est passée d’enfant placé en hôpital psy à adolescente violée, de femme de ménage à prostituée punk alcoolique, puis de vendeuse chez Virgin à Auchan, en passant par la case pigiste rock, puis critique de films X, et enfin à celle de mégastar avec ce roman (pourtant refusé par 7 maisons d’édition à l’époque. Si vous avez aimé Thelma et Louise, peut-être aimerez-vous Baise-Moi).

Info : Despentes n’est pas son vrai nom, ce dernier a été emprunté à un quartier de Lyon nommé Des Pentes où elle vivait disons…la nuit.

Alors oui, elle dérange autant qu’elle fascine dans le milieu littéraire, les personnes les plus brillantes sont souvent les plus décriées. J’aime sa franchise, sa façon de bousculer les mœurs, de parler ouvertement de tout, notamment le patriarcat, son côté désinvolte et rebelle, ce sens du « je sens que je vais me faire chier à te parler »…Mais je n’avais encore lu aucun de ses romans. Maintenant que j’ai 2h à tuer par jour dans le train, il était temps de rayer cette lacune définitivement. Par chance, Vernon Subutex était en bout de gondole (parait-il que ses autres romans sont plus difficiles, alors autant commencer par le best-seller tout récent).


Marrant le nombre de personnes finalement qui ont lu Vernon Subutex autour de moi sans en parler…A croire qu’on lit Despentes sans trop l’afficher (?).

Pourquoi j’ai aimé, adoré, idolâtré Vernon Subutex ?

  • Parce que ça parle à un moment de la grande pharmacie de Tours ?
  • Parce que ça parle à un moment de Depeche Mode et AC/DC ?
  • Parce qu’une des héroïnes porte mon parfum (Chance de Chanel si ça vous taraude à ce point de savoir) ?

Non, rien de tout ça (même si les clins d’œil font plaisir). Avec ce livre, vous vous faites une nouvelle playlist musicale et surtout, vous avez un nouveau regard sur votre environnement et des personnes vous entourant. Une critique contemporaine puisée dans l’abîme. Cynique, drôle, sombre mais réelle. Je reste admirative du sens des phrases, des mots, du placement de chacun d’entre eux, du rythme enfin bref, elle assure la Vinnie.


Alors bref, qu’est-ce que ça peut bien raconter ? N’attendez pas de Vernon un roman avec un début, un milieu, une fin autour d’une intrigue (même s’il y a un fil conducteur). Voyez en Vernon le reflet de notre société actuelle, décrite d’une façon si « rentre-dedans » mais si vraie. V.Despentes dépeint la société avec une telle intensité, un style déroutant et poignant. Tout y passe : le mari violent, le mec heureux qui tombe à la rue, l’hétéro qui découvre son homosexualité, les actrices du X, les trans’, les producteurs véreux, la rock star, la drogue, le voile, les réseaux sociaux, les hypocrites, les serveuses, les paumés…Tout y est et c’est tout simplement bon ! Le style est direct, parfois violent, souvent drôle, drôle de cynisme. On ne s’emmerde pas avec les formes ici, un chat est appelé un chat, que ça choque ou non, c’est comme ça ! (âme sensible s’abstenir).

L’histoire tourne autour de Vernon Subutex, un disquaire qui va connaître l’effondrement de l’industrie musicale et se retrouver SDF mais à qui a été légué des enregistrements vidéo compromettants pour certains. Autour de lui gravite différents personnages qu’il a connu dans ses heures de gloire : une rock star disparue, les clients de sa boutique, ses nouveaux amis de la rue, ses anciens pote de son groupe de rock, un producteur de cinéma, des actrices du X…


Clairement, le Tome 1 (sorti en 2015) est une décharge électrique. Le Tome 2 est un peu plus fébrile mais on s’est tellement pris une claque avec le premier que le 2 prend un peu plus de temps à démarrer mais au bout du second tiers, on replonge dedans à plein nez.

Concernant le n°3, pour le moment, aucune date de sortie n’a été communiquée, et si Virginie Despentes souhaite encore prendre des mois pour l’écrire, elle a toute ma confiance (comme si elle en avait besoin ><).

Le seul petit bémol : le nombre de personnages, il y a de quoi s’y perdre, mais ouf, il y a un lexique au début du Tome 2, bien pratique.


Pourquoi ce nom ? Le Subutex est un « traitement substitutif de la pharmacodépendance aux opioïdes ». Et Vernon viendrait du pseudonymes de l’écrivain Boris Vian : Vernon Sullivan (ITW sur France Inter). L’auteure utilisait également ce nom pour aller commenter et lire les avis sur de nombreux sites sans se faire repérer.


Pour aller plus loin, voici quelques prix reçus et critiques :

  • Prix Anaïs-Nin 2015
  • Prix Landernau 2015
  • Prix de la Coupole 2015
  • Magistral et Fulgurant. Une œuvre d’art (L’Express)
  • Rarement le lecteur s’émouvra d’une telle galaxie de personnages (Le Point)
  • Un retour explosif pour notre plus grand bonheur (L’Obs)
  • On se doutait que Despentes pouvait écrire une grande fresque mais on ne savait pas qu’elle y parviendrait avec une telle grâce (Le Figaro)
  • Des pages violentes et veloutés, comme de la soie déchirée (?)
  • Précis, drôle, sans concession (Le Monde)
  • Une formidable radioscopie, rapide, âpre, crue, fourmillante, proliférante, et surtout remarquablement incarnée (Télérama)
  • Un roman ultra serré, nerveux, dense, en forme de vrai-faux polar. Une formidable cartographie de la société française contemporaine (Les Inrockuptibles)
  • Le livre de l’année (Le Grand Journal)

Résumé du livre :

Qui est Vernon Subutex ?

Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d’un secret.
Le dernier témoin d’un monde disparu.
L’ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.


Cerise sur le gâteau : Vernon Subutex sera adapté par canal + en série. Des épisodes de 30 min, à moitié comique, à moitié dramatique.



Merci m’dame Despentes pour cette révélation !

6 réflexions sur “Vernon Subutex 1&2 (…3) – Virginie Despentes

  1. Le résumé qui n’apprend en fait rien mais c’est pas plus mal ! J’avoue avoir été perplexe en lisant la quatrième de couverture. Je t’ai déjà donné mon point de vue sur le premier : le même que le tien. Impossible de voir les SDF qui attendent sur le quai du métro sans y penser. Après en effet je me suis perdue dans les personnages, mais j’ai pas mal noté de musiques à découvrir !

    Pour le reste, j’attends de lire le deuxième tome 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Alors j’y vais de mon commentaire après la lecture des deux tomes !

    Je n’ai pas trouvé le deuxième plus difficile en termes d’immersion, au contraire, j’ai trouvé qu’elle nous laissait plus de temps pour suivre les histoires et les personnages : les chapitres sont plus longs et on suit plus en longueur, là où dans le premier c’était assez « haché » ; j’avais l’impression qu’on changeait de perso toutes les pages, et vu le nombre de persos présents, je m’y perdais beaucoup !
    Là avec le glossaire du début c’est nettement mieux, je ne te cache pas que j’allais de temps en tempsy faire un saut pendant ma lecture =D

    Bref c’est du tout bon pour moi pour cette saga ! C’est dynamique, criant de vérités, avec beaucoup de culture et de moments de vie (pour être allée plusieurs fois au Rosa Bonheur c’est toujours un plaisir de voir cet endroit cité). C’était à Paris mais ça aurait pu être à Lyon ou à Toulouse, l’impact aurait été tout aussi touchant. Merci pour cette découverte car je ne pense pas que j’aurais tenté le coup sans ton avis si positif !

    Aimé par 1 personne

  3. Verbalement agressée a la lecture du 1er Tome … c’est Hard …Rock and Roll … mais quel courage et quel talent de balancer autant de vérité … Bref! le regard sur le SDF installé dans la rue ne sera plus le même. ..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s