Metallica – 08/09/17, Paris, Accorhotels Arena

C’est l’histoire d’un péplum US : Metallicum était attendu, il est venu, il a vaincu ! Metallicum a régné en Master dans l’arène Parisenne ! 

Metallica a sorti en 2016 l’un de ses meilleur album : Hardwired…To Self Destruct. C’est donc avec beaucoup d’impatience que la Metallica Family attendait la tournée, passant par l’Accordhotels Arena (ex Bercy) les 8 & 10 septembre. Les places se sont vendues en quelques minutes*, soit 18 000 billets par soir, sachant que Metallica remplit des stades sans problème, la soirée en petit comité ne pouvait être qu’excellente.

*en même temps, quand on voit la nouvelle configuration de Bercy, on comprend…tout un côté de la salle est réservée aux VIP ou autres sociétés plein de tunes qui offrent ça à leurs partenaires (et quelle désolation de voir des sièges vides !), sans parler des préventes American Express, toujours pour ceux qui sont plein de tunes !!! Bref, autre débat, mais ça m’irrite. Le pov’ con passionné doit se contenter des miettes !)

21369595_10159342348300788_966117465442649407_n
Je te veux !

La première partie était assurée par un groupe Norvégien, Kvelertak. Outre la tête de chouette surplombant celle du chanteur, la prestation est disons…dans la lignée des premières parties quoi. On passe un bon moment pendant 30 minutes mais on ne se rue pas pour aller acheter l’album. La balance médiocre n’aidera pas, j’avoue avoir eu du mal à discerner les mélodies des hurlements du chanteur (et pourtant, il avait enlevé sa tête de chouette). Les 6 membres du groupe se donnent pourtant à fond, arpentant la scène centrale, sans être intimidé par la foule (la salle n’était pas encore pleine).

21371357_10159342331850788_8079083859333949647_n
Kvelertak

La foule justement, parlons en un peu. Beaucoup de vestes Hellfest, ça va de soi, beaucoup de T shirt noirs, ça va de soi, beaucoup de verres Heineken, ça va de soi, mais peu de femmes, là, ça ne va pas de soi. Résultat, des files d’attentes monstre aux toilettes hommes et personnes chez nous, où alors, les seules personnes croisées étaient…des hommes (après tout, pourquoi ne pas partager la cuvette dans le monde des bisounours du Metal). L’ambiance est comme à chaque concert de ce « style », bon-enfant, et la moyenne d’âge assez jeune (20-50).

21430177_10159342347625788_4714528862593549516_n
James Hetfield, Metallica – 08/09/17, Paris

20h45, la foule est compacte en fosse, les gradins complets (sauf du côté des VIP, surement trop occupés à boire le champagne) et la salle plongée dans le noir, prête à trembler sous la déferlante homérique des titres de Metallica !

On ne déroge pas aux bonnes vieilles traditions, c’est The Ecstasy Of Gold (extrait du Western, Le bon la brute et le truand) qui annonce l’arrivée imminente du groupe, avant que retentisse l’intro de Hardwired.


La scène (centrale) octogonale possède à chaque extrémité un micro. Trône au milieu la batterie de Lars, qui tournera au fur et à mesure de la soirée. Au dessus, des dizaines d’écrans cubiques, indépendants les uns des autres (mouvements et projections). Ces derniers seront le 5e membre de Metallica, tant leur présence est superbe et donc indissociable du show offert par le groupe.

 

 

L’avantage des scènes centrales, c’est que le public, où qu’il soit, a la même vue que n’importe qui d’autre dans la salle. Je ne comprends pas que cet agencement ne soit pas plus privilégié que d’ordinaire. Et le ressenti pour le groupe, d’être entouré par cette foule (un peu comme un mach de catch) doit être excitant !

21462692_10159342346060788_6557064093914502636_n
James Hetfield, Metallica – 08/09/17, Paris

Après Hardwired, le groupe enchaîne directement avec Atlas, Rise, également issu du dernier et excellent album. Le ton est donné, le groupe ne compte pas se reposer, il a une setlist dantesque surement sous le coude, et une énergie folle, alors on fonce et qui nous aime nous suive, pour les autres, passez votre chemin !

21462229_10159342333770788_7381424070671526882_n
James Hetfield, Metallica – 08/09/17, Paris

Le public est carrément présent. Personne n’a le cul assis en gradin, et ce sera le cas tout au long de la soirée. Concernant la fosse aux lions, il faudra attendre le rappel pour que des petits slams et circle pit naissent.

Après 2 titres, Metallica a décidé nous assommer d’entrée de jeu en envoyant Seek & Destroy. Ah ouais, des fois qu’on aurait oublié pour qui et pour quoi on venait ! Personnellement, je ne tiens plus vraiment en place, et dans fond, je suis à la limite de craquer émotionnellement : putain, ils sont là, le son est à son paroxysme, et je me sens vivante ! Autant d’argent gaspillé dans les billets, trains et hôtels diront certains, pour 2h de plaisir, mais le concert ça vous enivre et vous fait tout oublier !

21433230_10159342340820788_6183957266314882980_n
Kirk Hammett, Metallica – 08/09/17, Paris

Le son, mais le son !!!! Ca tremble partout, sous les pieds, dans la tête, dans les bras, les jambes, le coeur ! Un équilibre parfait entre la puissance des fûts de Lars, la musicalité de Kirk, la voix de James et la rythmique de Robert. Si j’ai plongé dans l’univers Metallica, c’était pour leur batterie : cadencée, rapide, puissante, profonde ! Le son Metallica c’est quand même ces putains de baguettes noires de Lars. Sans parler ensuite des modes de compositions avec des ruptures de rythmes et des mélodies imparables, via des petits soli toujours percutant, et puis des intros à vous exploser les tympans.

21430344_10159342344190788_8497306588069586116_n
James Hetfield, Metallica – 08/09/17, Paris

Les 4 copains sont vraiment heureux d’être ici. De nombreux échanges casseront le rythme frénétique et effréné, nous laissant reprendre un peu nos esprits. James demandera aux personnes qui voient Metallica pour la première fois, de lever la main avant de leur souhaiter la bienvenue dans la Metallica Family. Il parlera à un petit gamin de 11 ans en lui disant qu’il a un père super cool ! Il verra aussi un tatouage (surement à son image) dans les premiers rangs et le fera remarquer en disant « mais je t’aime aussi ».

21462831_10159342341100788_7274555453520095698_n
Kirk Hammet & Lars Ulrich, Metallica – 08/09/17, Paris

Lars Ulrich, casquette à l’envers, est survolté, un vrai zébulon qu’on ne peut tenir en place. Il se lève sans cesse, joue debout, frappe, encore et encore ses fûts tout grimaçant avec les visages qu’il croise. Kirk Hammett, plus posé, improvisera une petite reprise de Trust avec Robert Trujillo et un hommage furtif à Chris Cornell en reprenant quelques notes de Black Hole Sun. Dingue comment ces 4 mecs ont chacun une place dans le groupe, aucun ego ne prend le dessus sur un autre, et tous sont au même niveau dans le cœur des fans. Metallica n’est finalement qu’une entité. Quand à James Hetfield, pas de chute ce soir ><

 

On aura une pensée pour Cliff Burton pendant le solo de Robert, accompagné sur les écrans d’images d’archives du tragique disparu (accident de bus en pleine tournée 86).

Il faudra toutefois patienter 1h30 avant de voir arriver les flammes ! Que serait un concert de Thrash Metal Metalliquien, sans flammes ! Et attendre le dernier morceau (et pas des moindres, avec Enter Sandman), pour sentir la poudre de petits artifices.

21430054_10159342342615788_2316770937411452600_n
Fire !

Les 2 moments que je retiendrai tout particulièrement seront :

  • le passage « tambours du bronx » sur Now That We’re Dead (encore un titre du dernier album, purée, il est vraiment excellent ce dernier opus, mais ça je l’ai déà dit), où des cubes sont apparus sur scène, afin d’être frappés par tous les membres du groupe pendant 3-4 minutes. C’était whaouuuuuu.

 

  • L’envolée de dizaines de petits drones portant une lumière blanche, et tournant au dessus du Band durant tout un morceau. Les drones partaient et revenaient à leur base, située dans les trappes de la scène, ouvertes à ce moment (là où James avait chuté quelques jours auparavant). C’était superbe visuellement parlant.
21463026_10159342345595788_8728471351227191732_n
Les petits drônes au dessus du groupe, qui volent en tourbillon

Sans véritable rappel tant la cadence est folle, le groupe décidera de nous assommer avec un final compilant Moth Into Flame (dernier album encore, mais quelle pépite), Sad But True, One, Master Of  Puppets, Nothing Else Matters, Blackened et Enter Sandman !!!! Le volume sonore a été monté d’un cran et la présence de bouchon d’oreilles, pour ma part, indispensable. Comment partir avec cet enchaînement ?? Quoi, déjà 2h15 de concert ? Bah on s’en fout, on a toute la nuit on continue !

21371168_10159342331750788_6329650098936527148_n
James Hetfield & Kirk Hammett, Metallica – 08/09/17, Paris

Alors oui, frustration avec l’absence de Fade To Black et Wherever I May Roam mais on s’est quand même pris une claque monumentale dans la gueule.

21463398_10159342345735788_3079552732682967206_n
Robert Trujillo, Metallica – 08/09/17, Paris

Le groupe passera environ 10 min à saluer la salle, à donner des dizaines de médiators (à l’effigie de Paris et du drapeau tricolore) et baguettes de batterie. Chaque membre prendra le micro pour nous dire un petit mot, avant de disparaître dans les méandres des sous-sol de l’Accorhotels Arena.


Ce soir, tout était réuni et sans faux pas. Une scène visuellement superbe, une balance du tonnerre, un groupe présent que ce soit dans la performance que dans les échanges avec le public, une setlist (bon, oui, une setlist parfaite n’existe pas) et une foule réceptive. On est jamais déçu avec Metallica en concert, mais quand ces derniers sortent un de leur meilleur album et que les places s’arrachent en quelques minutes, la barre était hautement placée et notre faim fût largement rassasiée.

35 ans de maîtrise du Thrash, ça ne s’invente pas, merci !

21432835_10159342348510788_13736131330277691_n
Metallica – 08/09/17, Paris

Et puis en bonus, quand on entend des fans présents au concert, parler de Depeche Mode en sortant, moi, ça me met du p’tit baume au cœur ><


Setlist :

Hardwired
Atlas ! Rise
Seek & destroy
Leper Messiah
The day that never comes
Now that we’re dead
Dream no more
For whom the bell tolls
Halo on fire
Last Caress
Creeping death
Moth into flame
Sad but true
One
Master of puppets
Blackened
Nothing else matters
Enter sandman


==> Galerie Photos <==

melissa_metallica
Ça claque, je sais ><

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s