Hellfest 2017 – Jour 1

Sidilarsen / TYR / Sabaton / Alestorm / Rob Zombie / Baroness / Ministry / Ramoneurs / Avatar / Powerwolf / Myrath / Evergrey / Obituary

En avant le marathon ! Chaleur étant, j’ai fait plus de pauses qu’à l’habitude, et j’ai surtout été papoter avec du petit monde que je connaissais. Ainsi, il y a des set que je n’ai pas vus complètement, mais la faute aussi à la programmation qui mettait 2 groupes voire 3 que je voulais voir, en même temps . Hélas mais la faute à personne, difficile de satisfaire tout le monde. Je vais donc essayer tout de même de vous faire découvrir ou redécouvrir certains des groupes de la journée du vendredi, avec des résumés plus ou moins longs. Inutile cependant de vous dire que ma star du jour était Rob Zombie et que je n’ai rien loupé de son show !


Sidilarsen : 11h05-11h35

Dès 10h30 je faisais la queue au merchandising officiel, face aux Main Stage, alors je vais être honnête, je ne les ai pas vus, mais très bien entendus. J’ai vite regretté d’être dans la file pour le merch mais bon, vous savez ce que c’est, le rituel c’est merch le vendredi matin car après immense attente, rupture de stock et paf l’engrenage, la déprime « toussa toussa » . Quoiqu’il en soit, le son dans mes petites oreilles était au top.

Un Metal industriel electro français, dont le nom fait référence à la ville de Sidi Lahcene. Le petit combo de 5 s’est formé en 1997 et a sorti 6 albums, avec notamment Dancefloor Bastards l’année dernière. Niveau sonorité, on oscille entre NIN, Prodigy voire Punish Yourself, mais je dirais plus du Nasser en plus percutant, vif et tranchant. Le seul bémol, et pas des moindres, contrairement à ses potes français de Punish (également originaires de Toulouse) ou Nasser, est que tous les titres sont chantés en français, hormis les refrains, et personnellement, ça me retire du charme. Cependant, leurs textes engagés et humanistes aux côtés sombres pourront ravir une partie du public sensible à la langue de Molière. J’ai par contre pu apercevoir le fond de scène, habillé d’un drap noir arborant un….tire bouchon (celui avec 2 bras de chaque côté) : so frenchy ><. En 30 minutes, le groupe réussira à mettre la foule dans sa poche, en réalisant un Wall Of Death

Setlist :

  • Retourner la France
  • Back to Basics
  • Guerres à vendre
  • Fluidité
  • Comme On Vibre
  • Des Milliards

Myrath : 11h40-12h10

Toujours bloquée au Merchandising officiel, j’ai entendu de loin, cette fois, Myrath (bah oui, je me rapprochais enfin du comptoir de vente et donc je m’éloignais de la Main Stage). Je tiens simplement à en parler car il est assez rare de voir des groupes d’Afrique du Nord faire du Metal. Au début, Myrath s’appelait X-Tazy et faisait en majorité des covers (de Symphony X en particulier). Fin des années 2000, le groupe recrute Zaher Zorgati (ayant participé à la Star Academy Tunisienne) et Anis Jouini (bassiste de Propaganda) et en voiture Simone, ou plutôt à dos de chameau ! Le groupe introduit des sons orientaux dans un Metal progressif, un peu comme à l’image d’Orphaned Land qui était une belle découverte l’année dernière.


Evergrey : 14h20 – 15h

Alors…j’y étais car je viens de trier mes photos et j’ai du Evergrey, mais je n’ai pas beaucoup de souvenirs…Alors que dire à part qu’ils sont Suedois et font du Power Metal ?

1
Ah bah oui, j’y étais, pih devant quoi…Evergrey – Hellfest 2017

Avatar : 15h05-15h55

Oui je suis sortie du Merch si vous vous posiez la question ><. Direction Avatar, les petits Suedois dans un style assez mélodieux, malgré des parties très accentuées Death. Je voulais les voir avant tout pour le côté scénique, mis en avant dans leur clip, à savoir un maquillage à la Joker pour le personnage de Black Waltz, et des habits rappelant le 18e siècle. Alors que le groupe a une petite renommée dans le milieu des geek grâce à leur bande son pour le jeu Starcraft, Avatar peine à exploser. Ils tournent pourtant avec In Flames, Helloween, 5FDP et participent à de nombreux festivals. Dans l’ensemble, je ne peux pas dire que c’était LE concert de ces 3 jours, mais l’heure est passée facilement et le titre The Eagles Has Landed a donné un petit coup de fraîcheur (malgré le passage kitchoune du refrain). Musicalement, c’est bien ficelé, surtout quand le groupe vire sur le Heavy et il faut avouer que le chanteur peinturé Johannes Michael Gustaf Eckerström (oui, j’ai écrit ça toute seule comme grande sans aide…ou pas) a une voix qui ne colle pas au personnage, sortant du fond de la gorge des phrasés typiques d’un style plus brutal que hardos. Je leur tire mon petit chapeau car sous cette chaleur, assurer 50 min habillés et maquillés comme ils l’étaient, ils ont du souffrir (« J’suis pas v’nue là pour souffrir ok ? »), mais ils ont vraiment assuré.

2
Avatar, Hellfest 2017

Setlist :

  • Hail The Apocalypse
  • Paint Me Red
  • New Land
  • Bloody Angel
  • Tooth, Beak & Claw
  • The Eagle has landed
  • Let it burn
  • Smells like a freakshow

TYR (2 titres) : 16h45 – 17h35

Je n’ai assisté qu’à 2 titres, j’ai du aller manger et m’hydrater entre temps (et pisser?!) mais je ne voulais pas louper ce qu’on appelle du Metal Viking…Ouais, rien que ça ! Le groupe est originaire des îles Feroe (et re Ouais, rien que ça !). Alors euh, à part un beau blond aux tatouages traditionnels, je n’ai pas vraiment été emportée. TYR fait pleurer les guitares, donne de la voix, tantôt Heavy, tantôt speed, tantôt folk mais je ne rentre décidément pas dans l’ambiance. Dommage car musicalement, c’est carré, mais plat. J’ai toutefois bougé mon body sur le dernier titre mais je ne connais pas son nom…c’est con.

3
TYR – Hellfest 2017

Powerwolf (3 titres) : 17h40 – 18h30

He merde ! Je voulais les voir mais j’ai été alpaguée héhé, trop de succès (…on se calme tipi-girl). Mais j’étais trop contente de croiser ma collègue et sa petite famille donc pas de regret. Cela dit, j’ai assisté à 2 titres et il y avait du monde devant la scène et du fan à T-Shirt. Le Power Metal est à la l’Allemagne ce que les frites sont à la Belgique, et Powerwolf ne déroge pas à la règle. Ce quintet adepte de la noirceur (en opposition avec la plupart des groupes de power metal) arrive à créer des concerts divertissants. La chance à des compo digestes, qui passent au dessus du maquillage effrayant pour les novices du style. Un brin de vocalises d’opéra, un brin d’orgue, un brin de riffs criards, un brin de textes relatant des histoires de vampires et paf ! Le tout sublimé par une setlist aux petits oignons sous le soleil brûlant de Satan, t’as plus de dos mais t’es content.

Setlist : 

  • Blessed & Possessed
  • Army of the Night
  • Amen & Attack
  • Coleus Sanctus
  • Armata Strigoi
  • Resurrection by Erection
  • Sanctified With Dynamite
  • Werewolves of Armenia
  • We Drink Your Blood

Ministry : 18h35 – 19h35

Ah enfin ! Un des moments les plus attendus pour ma petite pomme (version compote, vu le temps). Ministry, on les présente ? Américains engagés (anti républicains) aux sonorités industrielles Thrash heavy, et déjantés menés par le chanteur héroïnomane Jourgensen aux dreadlocks, tatouages facials et lunettes de soleil si particulières (des petits ronds de professeurs), Ministry est considéré comme le groupe fondateur du mouvement Metal Industriel. Après avoir connu une descente aux enfers (arrestations, suicide du guitariste, dépendance +++ à l’héroine, décès du bassiste puis d’un autre guitariste), Ministry renaît de ses cendres un peu grâce à Spielberg qui les veut dans son film AI Intelligence Artificielle mais Jourgensen annonce la fin du groupe en 2008. C’est sans compter sur un énième revival, que Ministry remonte sur scène au Wacken en 2012 et sortira un nouvel album cette année. Bref tout ça pour dire, qu’il ne fallait pas louper le Doc Jourgensen et ses nouveaux comparses, ils se font rares, et disons le clairement, je n’irai pas les chercher dans le fin fond du Texas !

Purée, c’était génial ! La foule répondait du tac au tac, Jourgensen était en forme, voire un peu trop (il parlait beaucoup), et les titres se sont enchaînés à une vitesse folle ! Passant des vieux tubes comme Psalm 69, New World Order, Thieves, Waiting…à des tout nouveaux comme Antifa. Le son était excellent, Jourgensen était communicatif, dans sa tunique verte caca d’oie, et s’est essayé à quelques mots de Français. Ministry est venu avec un écran géant, diffusant des images de guerre et de…Trumpette, ainsi que le pied de micro ultra design formé de têtes de morts à cornes (que dis-je…des Skull Heads with Horns ! Ça sonne mieux) vomissant je ne sais trop quoi de vert.

Merci d’être venus mais je vous aurais bien kiffouillé de nuit moi !

4
Ministry – Hellfest 2017

Baroness (2 titres) : 19h40 – 20h40

Aie aie aie le dilemme… Behemoth ou Baroness ? Rien à voir dans les styles, mais même créneau ! J’ai regardé le début de Behemoth pour la scénographie et apercevoir le beau Nergal puis je suis partie voir Baroness et…comment dire, j’ai fait le mauvais choix. Ces Américains soignent leurs pochettes d’album avec des artwork représentant des Nymphes dans un style 70’s et delectent leurs notes dans un style plutôt rock garage stylisé voire grunge lissé (apparemment, ça s’appellerait du Sludge ?). Putain je me suis fait chier ! Ils ont tourné avec Opeth et Clutch (les premiers, je m’étais aussi fait chier) et les seconds bah je ne m’y suis pas avenuturée, y’a pas écrit con-con. Leur musique est trop accès sur la voix poussive mais pas violente du chanteur, et au bout d’un moment, ça m’a gonflée (avis personnel comme toutes critiques). Je ne discernais pas les différents morceaux et je suis partie faire pipi, je m’en rappelle, et prendre un verre….ça va de soi, le festivalier tourne en circuit fermé : il boit, il pisse, il boit, il pisse

Cela dit, le groupe qui a connu un terrible accident de bus lors d’une tournée, en tombant d’un viaduc, est miraculé, et je suis contente qu’ils aient pu reprendre le chemin des routes (même si 2 membres sont partis).


Les Ramoneurs de Menhirs : 20h45 – 21h45

Héhé, je ne compte pas aller voir Deep Purple, vu plusieurs fois et un peu en fin de vie quand même donc direction la WarZone pour la grosse fiesta ! Les Ramoneurs avaient tellement mis le feu à la Warzone de l’époque que suite à ce concert, l’organisation du festival a décidé de refaire entièrement cette partie du site : agrandissement, nourriture, déco de dingue…..Il fallait donc leur rendre hommage et tout le monde a du se donner le mot : la nouvelle WarZone était une fois de plus pleine à craquer ! La foule s’étalait jusqu’à la statue de Lemmy trônant au centre de l’espace food de la WarZone. Les ramoneurs, avec l’ancien guitariste des Beruriers Noirs, ont une fois de plus mis le paquet en se faisant accompagner par une bonne trentaine de musiciens bretons. L’ambiance était folle et les festivaliers jumpaient sur « la jeunesse emmerde, le front national ». Une ôde au biniou et à la bombarde au Hellfest ? Oui, c’est possible, et il n’y a que les Ramoneurs pour ça (quoique les Dropkick savent aussi mettre l’ambiance celte). Des amis qui étaient à Deep Purple, entendant l’ambiance de l’autre côté (aidés de SMS) ont vite rappliqué sans regret ! Le Hellfest a ses chouchous à l’instar des Twisted Sister, et je pense que les Ramoneurs y trouveront toujours un des plus bel accueil.

6
Les Ramoneurs de Menhirs – Hellfest 2017

Obituary : 21h50 – 22h50

Ah le dilemme ! Obituary empiète sur Sabaton et moi je voulais me placer pour Rob Zombie ! Pour le coup, j’ai scindé en 2 et j’ai commencé avec Obituary. Je les ai connus avec le clip de Violence (qu’ils ne joueront pas) qui me fait tellement rire ! Et puis, je voulais voir la belle chevelure de John Hardy et la batterie de son frère, Donald Tardy. Ces américains formés en 85 ont une aura énorme dans le milieu du death metal, où une certaine presse les qualifient même de meilleur groupe dans ce domaine. Alors oui, c’est gras, ça « gueule » mais purée ils dégagent une mélodie old school qui a encore une pêche et une modernité incroyable, et c’est super bon ! Niveau Headbanging, vous auriez été servis, le groupe ne fait que ça ><

7
Obituary – Hellfest 2017

Setlist :

  • Internal Bleeding
  • Chopped in Half
  • Turned Inside Out
  • Visions in My Head
  • Sentence Day
  • A Lesson in Vengeance
  • Dying
  • Find the Arise
  • Deadly Intentions
  • Ten Thousand Ways to Die
  • No Hope
  • ‘Til Death
  • Don’t Care
  • Words of Evil
  • Slowly We Rot

Deep Purple (1 titre) : 20h45 – 22h15

Je vous laisse avec cette petite chorégraphie improvisée pendant Deep Purple…J’ai assisté au dernir titre, Hush, et j’ai bien vu que le groupe était fatigué, Ian a la voix poussive, laissant plus de place aux soli à rallonge (l’orgue….non pas l’orgue) qu’à ses vocalises. Alors oui, c’est une institution mais ils ont moins bien vieilli que d’autres. Je ne les aurais pas mis en tête d’affiche, mais plutôt à la place de Ministry. Enfin bref, ça a le mérite que des plus jeunes puissent les voir au moins une fois.

8
Deep Purple – Hellfest 2017

Setlist : 

  • Time for Bedlam
  • Fireball
  • Bloodsucker
  • Strange Kind of Woman
  • Uncommon Man
  • The Surprising
  • Lazy
  • Birds of Prey
  • Hell to Pay
  • Perfect Strangers
  • Space Truckin’
  • Smoke on the Water
  • Hush
  • Black Night

Sabaton : 22h20 – 23h20

Youhou, j’étais impatiente de les voir sans trop connaître leur discographie et j’avais hâte de chanter sur Hell & Back ! Concrètement, le visuel est d’une beaufitude absolue, entre le char d’assaut sur scène et le chanteur Joakim Broden en treillis militaire, vestes avec plaques de métal et lunettes Aviator démodées…Mais c’était sans compter sans le must du kitsch : les inscriptions chinoises sur le grand écran pendant Shiroyama. Cependant, le groupe a une sacrée notoriété et a réussi à se hisser à la 6e place des charts mondiaux avec leur 8e et dernier album en date. Ma foi, l’heure est passée assez vite, le groupe déroule, les titres sont bons même si j’ai du mal à faire abstraction du visuel. Ils auront tout de même le mérite de venir avec du matériel pour habiller la scène, et d’ajouter des petits pétards dans le canon du char d’assaut. Le metalleux aime les pétards, les confettis et tout ce qui pète !

9
Sabaton – Hellfest 2017

Setlist : 

  • Ghost Division
  • The Art of War
  • Carolus Rex
  • Screaming Eagles
  • Sparta
  • The Last Stand
  • Winged Hussars
  • Swedish Pagans
  • Night Witches
  • Primo Victoria
  • Shiroyama
  • To Hell and Back

Rob Zombie : 23h25 – 00h55

Putain on y est !! THE moment of the DAY ! Rob Zombie ! Vu 3 fois au Hellfest mais c’est la première fois qu’il a un créneau digne d’une tête d’affiche avec 1h30 de show. Trop hâte, non pas que je sois légèrement beaucoup accroc à sa musique mais bon…

Le mec est venu avec son matos, à savoir ses écrans qui diffuseront la plupart du temps des extraits de ses films (ah oui parce que le mec, en plus d’être doué en musique, il est doué en films d’horreur. Je dis ça mais j’en ai vus aucun, je n’aime pas ça ><) et son beau pantalon pattes d’Eph’ à paillettes.

19366557_10158914586005788_4596379925620985608_n
Rob Zombie – Hellfest 2017

Je suis assez près, mais pas dans les premiers rangs comme la dernière fois (et là, vraiment, je me dit que je vieillis) et malgré la distance, la foule était en ébullition.

Les premières notes, on reconnaît l’excellent tube de Dead City Radio avec le clip défilant sur les écrans. Le son est énorme, Rob en grande forme, et John5, comme à son habitude, souriant derrière son maquillage blasphème dont on ne sait de quelle histoire sombre c’est inspiré. Le public saute et chante, et craquera littéralement son slip quand Rob enchaînera avec Superbeast ! WTF ? Déjà ? Dès le 2e titre ils jouent un de ses plus gros tubes ?! La suite du set sera moins explosive avec des compositions du dernier album et des compositions de son ancien groupe White Zombie. On appréciera son lancé d’OVNI gonflable (se disant UFO en US) en demandant de l’envoyer tout derrière, ou encore la guitare de John5 transparente avec un gel phosphorescent à l’intérieur. En parlant de John5, ce mec m’affole à la guitare, c’est un monstre ! Il joue avec la guitare dans le dos, dans le cou, il fait des soli avec une rapidité incroyable, bref, un monstre.

Dans la troupe, il y a toujours 2 anciens officiant à l’époque pour Marilyn Manson, à savoir John 5 et Ginger Fish (le batteur ambidextre ne croisant jamais les bras), ainsi que Piggy D (cheveux courts sans maquillage, je ne l’avais pas reconnu). A eux 4, ils forment une sacrée belle équipe !

Le son zombie est carré, basé sur une rythmique renforcée par des sons industriels et le voir 1h30, on en prend plein les oreilles et plein les yeux.

Les seuls reprochent seraient le manque d’échange avec le public et des versions live pas aussi top que les versions originales. Je pense notamment au titre Dragula, qui, avec une cassure de phrasé supplémentaire dans le refrain, perd nettement de sa valeur. Le show est réglé comme une horloge, Piggy D et John5 s’éclatent, autant sur les vieux que les nouveau morceaux.

Ce fut un superbe moment et, Rob étant fan des Twisted Sister, Alice Cooper, Ministry, Kiss, Black Sabbath, Slayer + adepte du Véganisme, c’est sur, le Hellfest est fait pour lui.

Par contre, Robinounet, s’il te plaît, raccourci le nom de tes chansons et albums, c’est le bordel quand il faut les écrire.

 

Setlist :

  • Dead City Radio and the New Gods of Supertown
  • Superbeast
  • In the Age of the Consecrated Vampire We All Get High
  • Living Dead Girl
  • Scum of the Earth
  • Well, Everybody’s Fucking in a U.F.O.
  • More Human Than Human (White Zombie song)
  • Never Gonna Stop The Red, Red Kroovy
  • The Hideous Exhibitions of a Dedicated Gore Whore
  • House of 1000 Corpses
  • Guitar Solo
  • Thunder Kiss ’65 (White Zombie song)
  • Blitzkrieg Bop (Ramones cover)
  • School’s Out (Alice Cooper cover)
  • Get Your Boots On! That’s the End of Rock and Roll
  • Meet the Creeper
  • Ging Gang Gong De Do Gong De Laga Raga
  • Dragula

Alestorm (3 titres) : 1h05 – 2h05

Whao c’est le dernier concert de cette 1ere journée qui est passée comme une flèche ! J’suis explosée par la fosse de Rob Zombie, je vais donc faire une pause auprès des flammes de l’enfer à l’entrée du Kindom Of Muscadet puis reviendrai pour Alestorm vers 1h40. Pendant ce temps, j’entends de loin In Flames qui clôture la soirée sur les Main Stage.

Alestorm, signifiant tempête de bière, donc…(à ne pas confondre avec Halestorm). Après le Viking Metal, Sludge, Heavy, Power et j’en passe, place au Pirate Metal. Nom d’un cookie, il y a du fan ! Jamais vu autant de T Shirt d’Alestorm. La Temple est pleine à craquer, je n’arriverai pas à entrer, je serai donc dehors au niveau des pissotières (faut c’qui faut) face à l’écran géant. Heureusement le son est impeccable (l’avantage des scènes Altar, Valley et Temple, c’est qu’elles sont ouvertes). L’ambiance à l’intérieur est incroyable, une sorte de banquet géant fêtant les 40 ans de Jack Sparrow avec tout ses potes du Black Pearl. Y’a pas à dire, les Écossais, ils savent faire la fête. Musicalement, ce n’est absolument pas ma tasse de thé bière mais j’ai vraiment profité de ce moment. On y retrouve les sonorités de la folk Metal, avec des claviers en guise d’accordéons, et bien évidemment, un groupe déguisé avec des chapeaux de pirate. L’ensemble paraît absurde mais ça fonctionne.

Bricot, ce groupe était pour toi !

Setlist :

  • Keelhauled
  • Alestorm
  • Shipwrecked
  • Magnetic North
  • The Sunk’n Norwegian
  • Nancy the Tavern Wench
  • Mexico
  • Fucked with an Anchor
  • No Grave But The Sea
  • Drink
  • 1741 (The Battle of Cartagena)
  • Rum
  • Wenches & Mead

2h10, fin de la première journée, direction le MetalCorner pour manger et prolonger la soirée sous la grande tente qui offre un DJ set des tubes 70-80’s Hard Rock, avant d’aller aux joutes de caddie du Whitecamp et d’aller prendre l’apéro dans notre Easycamp. Dodo vers 4h et réveil à 8h, sachant que la veille, on avait fait la même…on n’est pas rendu à dimanche.


Retrouvez ICI le live report de la journée 2

Retrouvez ICI le live report de la journée 3

Retrouvez ICI le bilan de l’édition 2017 en chiffres clés et en photos

 

Funny GIF - Find & Share on GIPHY


Les vidéos live Arte de la J1 :

 

Behemoth 

Powerwolf 


Le film 2017 avec Mat Bastard au micro pour des ITW.

Au programme : Deep Purple, les violoncelles d’Apocalyptica, Sabaton, Behemoth, Kreator, Steel Panther, Agnostic Front, Rancid ou encore Trust.

2 réflexions sur “Hellfest 2017 – Jour 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s