Dave Gahan & Soulsavers – 02/11/15, Paris La Cigale

Une soirée qui vous marque au fer rouge, c’est également l’avis de Dave Gahan, lui-même

Dave Gahan & Soulsavers ont collaboré pour la seconde fois ensemble afin de sortir Angels and Ghosts il y a quelques jours. Le niveau du premier album était déjà très élevé, mais ce nouvel opus n’a pas à rougir. J’aurais certainement l’occasion d’en parler dans un futur article, je ne vais donc pas m’attarder. Sachez juste qu’il est aérien avec en majeure partie, des sonorités blues et gospel d’une grande beauté. La pochette de l’album est signée Stella Rose, la fille de Dave Gahan :

12190824_10156189925325788_6937448703515407417_n


Afin d’en faire la promotion, le « groupe » s’est lancé dans une petite tournée entre les USA et l’Europe, environ une date par pays, pas plus, et dans de petites salles. C’est la raison pour laquelle, avoir pu être présente lundi soir à La Cigale était une chance inouïe : 900 places vendues en 5 minutes…

Pour une fois, la presse et les médias s’y intéressent, invitant Dave sur le plateau du Grand Journal de Canal + (ITW avec une petite blague sur la fausse fin du groupe Depeche et 1 chanson live All of this and Nothing), sur Europe 1, lalibre.be (à lire !) ou encore dans 20 minutes et Noisey


Assez du cadre, parlons du vrai sujet : le live report du concert de lundi soir à Paris !

Arrivée à 17h30, je rejoins des amis à l’entrée des artistes, histoire d’apercevoir Dave de plus près. Ce sera chose faites à 18h15 avec un petit coucou et juste une portière de voiture nous séparant de lui. Youhou hystérie totale !

11061316_10156215430770788_1675382242970473134_n

19h15, entrée dans la salle, direction le balcon à gauche, super bien placée. On papotte on papotte mais au fond mon esprit commence à s’envoler ailleurs. La salle est pleine à craquer à 20h, mes jambes sont tremblantes, dans 15 minutes je m’écroule.


20h15, les lumières s’éteignent, les spots rouges s’allument, Soulsavers arrive accompagné de 2 choristes et des musiciens additionnels, suivi de Dave Gahan (soit 10 sur scène) ! La salle n’en peut plus, ça hurle, ça se lève, ça applaudit, c’est monstrueux ce qui se passe, il y a un feeling de dingue ! La setlist démarre ainsi sur In The Morning :

Le son est exceptionnel, et Dave dans une forme incroyable. Totalement libéré, il joue avec le public comme rarement j’ai vu (il se laisse prendre les mains, s’accroupie à 2 cm du premier rang, se déhanche juste pour faire hurler la salle quand il le souhaite). Paris est à ses pieds, j’ai rarement vu une foule autant en délire et surtout en osmose.

20 minutes a interviewé Dave Gahan et Rich  Machin vis à vis du concert de lundi : Dommage, vous avez raté le concert de votre vie. Du moins de la leur. Car à entendre Dave Gahan et Rich Machin, cette soirée du lundi 2 novembre dans la salle parisienne de La Cigale est à marquer au fer rouge. « On était connectés musicalement, tous les musiciens étaient à fond dedans, chacun a eu ses moments, ça ne se passe pas toujours ainsi », assure Dave. De son côté, Rich, qui a eu du mal à s’endormir après à cause de l’« énergie » et de l’« adrénaline », évoque « un des meilleurs concerts » dont il se souvienne. On y a même entendu deux chansons de Depeche Mode, tirés de l’album Songs of Faith and Devotion(1993) :Walking in my Shoes et Condemnation. « De ce morceau, Je n’ai jamais fait une interprétation aussi meilleure que ce soir », affirme Dave Gahan. On est vraiment désolés pour ceux qui assisteront aux dates suivantes. « C’est probablement la première fois que je me suis senti aussi bien sur scène. Juste un moment où je me suis mis à réfléchir, le temps d’un vers dans une chanson, puis je me suis replongé. »


Le groupe enchaîne les titres dans une perfection infaillible, alternant les tubes du premier et dernier album de leur collaboration, mais également 2 titres de Dave Gahan en solo et 2 titres de Depeche Mode. Les versions live donnent un punch incroyable qui vous fontt clairement redécouvrir l’album, à l’instar du single All of this and Nothing :

Après environ 1h qui est passée à une vitesse impressionnante voire flippante, c’est le moment du rappel avec notamment le grand moment de la soirée : l’interprétation de Condemnation ! Ce titre a une saveur particulière pour les fans mais surtout pour le chanteur charismatique de Depeche Mode (très très très mauvaise période à l’époque où ce titre a été écrit par Martin Gore, qui, à la base, devait l’interpréter. Mais c’est sans compter sur un Dave junkie renaissant de ses cendres pendant 5 minutes, juste le temps de la tenter au micro, en 1993. Depuis, Dave n’a plus souhaité la chanter, le ramenant à de mauvais souvenirs enfouis).

21h30, c’est l’heure de la dernière chanson, qui plus est la merveilleuse Walking in my Shoes :


Dave arbore une veste verte qui lui va comme un gant, cachant une petite chemise noire brillante. Heureusement pour nous, il a troqué ses chaussures blanches à talonnettes pour des noires ! Il est tout simplement radieux, une beauté et un charisme incroyable. Il se déhanche à foison, mais chantera la plupart du temps recroquevillé sur lui-même, comme hanté par ce qu’il chante. Il lance des regards très coquins et sait parfaitement créer une ambiance totalement délirante. Quant à sa voix, ce fut une véritable leçon ! Rien à redire à part qu’il est vraiment au dessus du lot. Et petit bonus, monsieur sait également jouer de l’Harmonica.

12196265_10156215421415788_5928345187429513963_n

Cette soirée était incroyable, c’est sur, il fallait y être et je sais à quel point beaucoup de fans n’ont pas pu avoir leur billet, alors rien que pour eux, je peux vous assurer que j’ai savouré chaque seconde. Un des scoops de la soirée, c’est que ce soir, j’ai enfin pu apercevoir une marque de slip (c’est mon grand mystère depuis des années, je me demande toujours s’il est nu la dessous…)

A la sortie, on a attendu le groupe, si vous voulez du potin, ils se sont fait livrer des pizzas…


La setlist :

In the Morning
Shine
You Owe Me
Tempted
Tonight
All of This & Nothing
Presence of God
Just Try
Don’t Cry
The Last Time
Take Me Back Home
My Sun
Kingdom (Dave Gahan cover)
Dirty Sticky Floors (Dave Gahan cover)
Condemnation (Depeche Mode cover)
Walking in My Shoes (Depeche Mode cover)


==> Mes photos <==

12112057_10156215424915788_5165388361528824150_n

Les vidéos jointes dans cet article sont les miennes. Vous pouvez cependant retrouver toutes les photos et vidéos dans la partie « Live report – Vidéos live – Photos live » de ce site, à l’aide du menu déroulant en haut à droite sans revenir consulter l’article.

6 réflexions sur “Dave Gahan & Soulsavers – 02/11/15, Paris La Cigale

  1. très bel article et reportage, c’était un show qui valait la peine d’être vécu voir un Dave Gahan si cool , à l’aise et en pleine forme sur scène ça fait un méga bien, cette ambiance blues de Soulsavers lui va à ravir 🙂

    J'aime

  2. [Le come-back de Maurice] Superbe article, qui traduit bien ce que j’ai ressenti sur ce concert. Une émotion de dingue, comme rarement éprouvée en concert. Putain je lâche les concerts de DM pour un Gahan solo de ce niveau là ! J’en ai eu la chair de poule, les larmes aux yeux. J’ai ENFIN pu vraiment communier avec Dave, ce qui me manquait chaque fois dans les shows de DM.

    Aimé par 1 personne

  3. Dave Gahan, my sun,merci pour cet article, ça fait du bien sachant que pour avoir ma place j’aurais du être plus vigilant, un loupé dans ma vie car dave sans depeche, c’est quelque chose d’extraordinaire, un autre homme, une autre voix, une autre galaxie….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s