Potochkine / She Past Away – 27/04/19, Paris, Machine du Moulin Rouge

Une soirée haute en noirceur des plus vivifiante

Qu’il fut long le temps de retrouver She Past Away sur scène. L’année dernière, dans le cadre des soirées Fabrika Records, le groupe s’était illustré aux côtés de Selofan et de Lebanon Hanover dans cette même salle (live report ICI), pour une soirée d’anthologie. Enchanté par l’ambiance parisienne, le groupe Turc avait promis de revenir et ce fut chose faite, en invitant cette fois-ci Isolated Youth et Potochkine pour leur première partie.

La Machine du Moulin Rouge a donc accueilli sa horde de fans goth habituelle en cuir, latex, casquette et …pour ma part baskets. Toujours aussi plaisant de faire des concerts dans ce lieu où l’ambiance ne peut être que propice aux bons moments !

IMG_5234


Bière en main et attablée en hauteur pour les suédois postpunk d’Isolated Youth, je m’imprègne de l’atmosphère. La fosse principale se remplie doucement, effaçant le beau parquet de danse pour une foule massive toute de noire vêtue, prête à plonger dans les antres de la dark-coldwave. Après 35 minutes de prestation très correcte de la part d’Isolated Youth, fondé en 2017,  dans un style oscillant entre Joy Division et The Cure, le moment était venu de descendre dans l’arène pour Potochkine. On regrettera le manque de charisme du chanteur qui passera plus de temps à se toucher les cheveux et à remonter son pantalon, qu’à véritablement profiter du public pourtant bien conquis par les compositions. Garrots d’héroïnomane aux bras et débardeur résille, le chanteur montre une certaine souffrance et on ne pourra pas lui enlever le fait d’habiter ses chansons. Ses 3 copains de scène sont quant à eux effacés derrière leurs instruments mais cela ne choque pas et est plutôt chose courante pour ce style musical. Avec seulement 2 ans d’existence et labellisés chez Fabrika Records (une évidence), ces 4 garçons en ont surement sous la pédale et il faudra attendre un second opus pour en juger.


Dans un timing des plus millimétré, place au duo français Potochkine, fervent défenseur d’une électro-clash revisitant l’EBM. J’avais hâte de les voir sur scène depuis que j’avais écouté leur 1er album, mais je ne pensais pas me faire un combo avec She Past Away (soirée parfaite) ! Hugo, l’homme derrière les platines arrive le premier. Grand, élancé à la coupe de cheveux impeccablement rasée sur les côtés et sobrement vêtu d’une courte cape noire sera suivi par Polly, qui nous inondera de ses textes darko-poético dans une tessiture des plus plaisante. Potochkine excelle dans une rythmique intemporelle, où le corps ne peut rester immobile. Cette base entraînante contraste avec les textes de Polly qui chante, dans une voix femme-enfant, des frasques pas si innocentes.

Le duo fonctionne à merveille et ne laissera jamais véritablement transparaître son visage dans une luminosité bien jaugée. Il faudra attendre le titre Dans Ta Face pour apercevoir les talents de danseur d’Hugo, qui n’hésitera pas à descendre dans la fosse, transi par ce qu’il exécute. Les titres défilent et le rendu est aussi clinquant que sur l’album qui présageait, déjà à sa sortie, une belle carrière à Potochkine. En attendant le suivant, le groupe saura combler la foule avec un de ses titres phare : Je Déteste Attendre et une super reprise de Serge Gainsbourg, Mon Légionnaire. Le set est rodé, peut-être trop, laissant une barrière glaciale entre le groupe et la salle. Cependant, le pari est réussi au niveau de l’intensité, les amplis n’ont pas résisté ! Merci à eux pour cette superbe prestation, à coup sûr, ils sont à suivre et on a hâte d’écouter les nouvelles compositions !

P1560181
Potochkine, La Machine du Moulin Rouge, Paris – 27 avril 2019

Après cette petite claque, il est temps de reprendre un verre pour ne plus bouger de sa place et profiter de chaque seconde qui nous sera offerte par She Past Away. Par chance, en France, le groupe n’a pas eu de problème de VISA qui l’a obligé à annuler sa tournée US. Cette fois-ci, c’est eux qui ferment la soirée et ils le méritent amplement. On s’attend à un set fourni. A ce sujet, on ne sera pas déçu car le groupe reviendra avec 2 rappels et interprétera 17 titres dont 4 inédits !

Le duo se présente comme à son habitude à savoir cheveux en vracs et chemise noir & blanc pour Volkan, rouge à lèvre noir et chemise noire pour Doruk. Le son est juste incroyable, puissant, claquant et le public en immersion totale dès les premières notes. Pendant les 2/3 de sa prestation, She Past Away enchaînera pléthore de tubes, ne laissant aucun répit à mes pieds qui s’enflamment tout seuls, le tout dans un mouvement de balancement de bras saccadés. Le firmament du bonheur sera atteint lorsque mes 2 tubes favoris (Kasvetli Kutlama signifiant « célébration lugubre » juste en passant, et Ruh) seront joués l’un après l’autre, et à en croire le retour de la foule, je ne suis pas la seule à les juger hors catégorie. Doruk tentera des mots en français comme « merci » et « bonsoir », cassant avec sa timidité scénique excusée par sa concentration rythmique. D’habitude impassible derrière sa basse, Volkan quant à lui, se laissera aller à quelques remerciements où on sentira le duo ému d’une telle audience.

Et sinon, qu’en est-il des nouveaux titres ? Honnêtement, le nouvel album s’annonce dans la même lignée que les précédents et c’est tout ce qu’on attend ! Si Doruk ne précisait pas « new song » en amont, on ne se seraient pas aperçus de la nouveauté, prouvant que She Past Away a trouvé son rythme de croisière et monte en puissance sur les prestations live. Ce duo est tout simplement orgasmique et je peux vous assurer que je n’ai pas gaspillé une seconde de ce show une fois de plus remarquable. Bien évidemment, si vous n’êtes pas sensible à la Darkwave, passez votre chemin, bien qu’en live à 101 décibels, on ne peut que remuer son cul ! En bref, j’attends avec impatience une prochaine date française et merci au public pour l’accueil réservé à She Past Away, personnages désormais indissociables de la mouvance Darkwave actuelle.

PS : je tiens à présenter mes excuses auprès de mes voisins qui m’ont peut-être entendue chanter en « yaourt » car il faut avouer que le Turc, je ne maîtrise pas très bien.

PS :  une pensée pour la personne qui a déposé une petite galette de vomi aux toilettes 😉

P1560190
She Past Away, La Machine du Moulin Rouge, Paris – 27 avril 2019

Setlist :

  • İçe Kapanış II (Intro)
  • Belirdi Gece
  • Sanrı
  • (Unknown)
  • Katarsis
  • (Unknown)
  • Asimilasyon
  • Ritüel
  • Kasvetli Kutlama
  • Ruh
  • Monoton
  • (Unknown)
  • İnsanlar
  • (Unknown)
  • Bozbulanık
  • Yanımda
  • Hayaller?

Tout ça méritait bien une succulente petite gaufre sans gluten de chez Yummy & Guiltfree (placement de produit assumé ><)

90F52D8A-AB95-4767-A9F6-EE1738F2572C

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s