Hellfest 2019 – Bilan | Chiffres | Ambiance

Alors, elle était comment cette 14e édition ?

Les chiffres 2019 (Hellfest + Knotfest) : 

  • 880 000 pintes de bière soit 440 000 litres de bière (contre 400 000 l’an passé). Si vous ne visualisez pas, ça fait 29 demis par jour et par festivalier !
  • 18 400 litres de vin consommés au Bar Muscadet (contre 17 000 l’an dernier) avec, rien que pour le Muscadet, 12 300 litres
  • 3000 bouteilles cuvée Hellfest vendues
  • 4 jours de festival avec 37 000 festivaliers le jeudi pour le Knotfest et 60 000 par jour pour le Hellfest les vendredi/samedi/dimanche
  • 27 millions € chiffres d’affaires
  • 200 groupes
  • 25% festivaliers sont étrangers (environ 70 nationalités)

65284607_10162019869900788_6003686216141111296_o_10162019869890788

Les chiffres 2018 sensiblement identiques (seront mis à jour pour 2019 au fur et à mesure des infos transmises) :

  • 21 hectares de site dédiés aux concerts
  • 22 ha dédiés aux campings et parking
  • 2 scènes les plus grandes d’Europe
  • 6 scènes au total
  • 75% des festivaliers étaient des hommes
  • 35 ans âge moyen
  • 1730 artistes et techniciens (en comptant les 30 groupes de la scène du Leclerc)
  • 1200 journalistes
  • 450 médias différents
  • 13 salariés temps plein
  • 4000 bénévoles
  • 230 tonnes de déchets triés et compost ont été récoltés avec 62% de valorisation
  • 15 000 l de fuel consommé pour les 2 mainstage (30 000 l sur l’ensemble du festival)
  • 25 000 campeurs
  • 700 sanitaires et douches
  • 900 salariés (secouristes, intermittents…)
  • 11 litres de bières par Dessoifeur, soit 18 kg à porter sur le dos (relayé toutes les 2h)
  • 15 m, la plus haute statue érigée en l’honneur de Lemmy Kilmister avec un poids de 70 tonnes
  • 4 km de pipeline sous terre pour acheminer la bière
  • 40m, la hauteur de la grande roue
  • 300 m² dédié à l’espace Muscadet (bar + réserve)
  • 6 millions d’€, le chiffre des retombées économiques pour la ville de Clisson (étude réalisée en 2015)
  • 500€ c’est la somme dépensée en moyenne par festivalier (hors pass 3 jours)
65858364_10162019865320788_1620063394923020288_o_10162019865310788
Soleil couchant sur le Hellfest

 


Les nouveautés :

La bière double HOP « Bête 666 » élaborée par la brasserie La Bête et validée par les salariés du Hellfest. Il fallait compter 8€ la pinte. Disponible en pression ou en bouteille pour le souvenir

Distributeurs de bouteilles en plastique  de Kronenbourg ou Bête 666 dans le Hellcity Square et Metal Corner

Une jolie cabine téléphonique jaune Dr Martens près du ring de catch

2 tentes DJs dans le Metal Corner remplaçant les tables pour manger. Superbes espaces fermés par des baies vitrées et au sol parquet. La Fury Tent était dédiée aux sons headbanging et pogos, tandis que la Party Tent était dédiée aux sons plus pop 70/80/90. Ces tentes offraient des DJ set jusqu’à 4h du matin, et en journée, servaient à manger à l’ombre ou prendre un verre. Les anciens bars face aux tentes ont été remplacés par l’espace des consignes.

 

Jagermeister qui habituellement, offre un mariage express dans sa tente, a cette année, vendu le truc comme « une expérience secrète ». Bien évidemment, on l’a tentée, et c’est toujours aussi pourri. On vous prend en photo devant le #tastemeister, vous entrez dans la tente sur un son électro, on vous sert un shoot et bye. Temps de l’expérience : 30 sec

L’espace nourriture « Hell’s food court » sur le site côté mainstage a entièrement était repensé. Fini la poussière, place aux pavés, aux arbres, et à une superbe fontaine avec en son centre, une gigantesque flying V.

 

Niveau nouveauté sculpture, le site s’est également doté d’une horloge côté murs d’eau et d’un corbeau (come-back) face à la cathédrale

65890697_10162019865795788_163872686177517568_o_10162019865780788
oui, ça claque !

Fini les écrans LED au dessus des bars et du merch face aux mainstage qui diffusaient des photos de festivaliers, ce sont désormais des peintures des têtes d’affiche

L’espace merchandising officiel des groupes a également été modifié et les accès VIP côté bars aussi

Le coin forêt a été aménagé avec des bordures et pavés, et légèrement élargi

Niveau sponsoring et goodies, pour 9€, on pouvait se procurer un verre lumineux en plastique Redbul avec 3 canettes de Redbull. Ce dernier s’allume uniquement si du liquide est à l’intérieur du verre whaouuuuuuuuuu

Enfin, merci pour l’ajout d’écrans géants

Les sandwich brioches au Homard, merveilleux mais 12 balles !

65213368_10162019868965788_578440203945902080_o_10162019868955788.jpg
oui bon, y’a de la salade un peu avec ><

L’expérience 2019 :

Après le Easy Camp et ses tipis, le tatouage à 2 reprises, le « mariage » chez Jagermeister, la grande roue, la tyrolienne…cette année j’ai fait dans le soft et dans le gratuit : la gravure sur Dr Martens. Que serait-on sans nos « Doc »? Perso, j’ai craqué pour des petits lacets verts sur les pompes classiques noires en cuir. Après 1h15 d’attente, La Renarde a pu graver mes chaussures. Attention, les consignes données par le festival au stand Dr Martens étaient une gravure ou tatouage par personne. En gros, pour avoir vos 2 chaussures customisées, il fallait venir accompagnée.

Vous aviez le choix, et comme chaque année, entre un tattoo de chaussure argenté (le H ou Hellfest écrit au feutre bien voyant) au plaquage d’une feuille métallique en forme de H ou à la gravure (plus discret et plus résistant).

 


Les coups de cœur : 

Faire un live report de tous les groupes vus en 3 jours ne serait pas productif et barbant à lire. Je vais donc vous donner mes petits coups de cœur :

Skald [France – Temple] : très récent groupe français néofolk viking à l’instar des Wardruna. Je les avais repérés avant d’aller au HF via le programme donc impossible de les louper. Seulement, je n’étais pas la seule et j’ai rarement vu, voire jamais, autant de monde devant la scène « Temple » pour un groupe ! Impossible d’avoir une place sous la tente, il faudra se contenter de l’écran géant. Le groupe, vêtu d’habits traditionnels et jouant des instruments inconnus (hormis la harpe) avec des cornes de rennes, quelle belle bulle de calme dans cet enfer. Mené par une chanteuse à la voix douce, légère et lyrique aux paroles des scaldes en vieux norrois, les 4 membres de Skald s’en donnent à cœur joie mais le son ne parvient pas tout à fait au delà de la Temple, hélas, malgré une rythmique impeccable.

 

Combichrist [Norvège – Temple] : quelle claque ! Groupe que j’attendais, et je n’ai pas été déçue ! Le Metal indus Norvégien a donné une magnifique performance pour sa première au Hellfest. La Temple était bondée et en redemandera. Il y a 2 batteurs sur scène, 2 grands malades qui ne cessent de frapper les futs pour un son martelant et puissant. La voix d’Andy est comme celle en studio, rugueuse, lourde et se marie parfaitement avec l’enfer de leur son indsutriel. Un superbe moment qui me fera oublier mes ampoules aux pieds et mon mal de crâne !

 

Envy [Japon – Valley] : qu’on aime ou pas leur musique tantôt expérimentale, tantôt progressive, tantôt on ne sais pas trop, Envy a marqué les esprits avec son show le plus énergétique de ces 3 jours. Les japonais ont tout donné sous la Valley à la fois dans la rage, l’explosivité et le planant. Mention spéciale pour la jacket d’un des musiciens aux couleurs de Joy Division

Slayer [US – Mainstage] : toute dernière date française de leur carrière, impossible de la louper. La foule s’est donnée rendez-vous face à la Mainstage et les papes du Thrash Metal nous régaleront du début à la fin, avec comme un signe des dieux, des petites gouttes sur Raining Blood. On se demande pourquoi ils arrêtent la scène tellement tout le monde semble en pleine forme et que le son déployé est monstrueux. Tom Araya se feindra d’un « vous allez me manquer » avant d’enflammer littéralement la scène (combien de litres de pétrole ??).

Anthrax [US – Mainstage] : « Hellfest is my favorite and the best festival all over the world » et bah voilà qui commence bien ! En même temps, même sans cette phrase, le public était déjà dans la poche de ce monument du Thrash. Les 50 minutes passeront à une vitesse folle mais pas sans heurts (petite baston dans la fosse pas très cool, merci la sécurité). Le groupe est toujours aussi communicatif et n’a pas besoin de grand chose pour déclencher les circle-pit.

Gojira [France – Mainstage] : propulsé comme tête d’affiche depuis l’annulation de Manowar, les français jouent gros, ou pas totalement. Leur réputation n’est plus à faire et finalement, ils sont à leur place ici, sur la Mainstage. Le groupe se paiera une superbe scène aux écrans multiples et aux effets pyro (attention aux brulures de visage sur les retours de flammes hein;) pour celles et ceux qui comprendront), avec, pour final, un petit feu d’artifice. Gojira joue dans la cour des grands et n’a rien à envier aux superstars mondiales. Ils ont l’énergie, la scéno, les compo et le public ! Cocoricoooo.

Trivium [US – Mainstage] : le mix thrash-heavy fonctionne à merveille, même sous un soleil de plomb en plein après-midi, la foule est présente et répondante. Quoi de mieux que de voir l’ensemble du site s’asseoir à la simple demande du chanteur avant de démarrer un Jump ! On appréciera le français bancale de Matt « bougez fuckin’ vous », ainsi que le challenge de faire mieux que le Donwload. Ici, au Hellfest, on ne plaisante pas avec le Download ! On ne compte plus les circle-pit et les wall of death, l’ambiance est au top.

Slash & Myles Kennedy [UK/US – Mainstage] : parce que le titre Anastasia est toujours aussi bon !

 

Dark Tranquility [Suède – Altar] : Mr Stanne, ce tombeur de filles est d’une telle gentillesse. Derrière sa grosse voix se cache un nounours sensible qui adore passer les barrières de crash pour chanter avec les premiers rangs et laisser le micro aux belles jeunes femmes qui connaissent toutes les paroles et accueillir sur le devant de la scène une femme en fauteuil roulant ! Rien que pour ce moment de mélo death je valide. D’autant plus que le groupe a assuré son set en jouant avec les instruments de Moonspell et Candlemass (petit souci à l’aéroport ?) sans avoir leurs propres réglages, respect.

Def Leppard [UK – Mainstage] : je tenais à souligner leur introduction qui n’est autre qu’une reprise de Depeche Mode, Personal Jesus youhouuuuuuuuuuu et féliciter la présence de Vivian Campbell atteint d’un lymphome depuis quelques années. On appréciera aussi le solo de batterie du tristement célèbre Rick Allen (amputé d’un bras au niveau de l’épaule) qui n’a rien à envier aux batteurs de formation classique. Je n’assiste pas à la totalité du show car j’ai d’autres groupes en attente, mais j’ai voulu assister le Switch 625 😉

Punish Yourself [France – Temple] : j’adore ce groupe . La dernière fois que je les ai vus c’était au Mans, il y a quelques mois, et le public était bien trop mou (convention tattoo) et nem’avait pas laissé un super souvenir. Aujourd’hui, au Hellfest, la Temple est pleine et l’ambiance au top du top. Bien que VX dira à plusieurs reprises « on n’est pas habitué à jouer à cette heure ci » (15h), l’obscurité de la Temple ne gênait en rien les jeux de scène assez singulier du groupe ni la performance. Pourquoi ne pas les avoir mis en avant sur la Mainstage la veille lors du « 100% français » ? Punish a une putain d’énergie sur scène et des jeux de lumières fluo corporelles atypiques sans parler de leur son indus de grande qualité et des effets pyro. Ce jour là, le groupe sera en grande forme et Klodia aimantera l’assistance sans trop de difficulté à l’aide de ses danses subjectives et de sa nudité de fin de set. Musicalement, on en a pris plein la gueule, c’était carré, puissant et acéré . Les titres du dernier album sont vraiment énormes en live (Spin The Pig, Die S I Ray…) mais toujours pas de Nation to Nation (et j’ai un doute sur la présence de Suck My TV ?).

Power Trip [US – Altar] : Et bah ça balance du son et il faudra simplement attendre 1 riff pour que la foule s’emballe. Superbe prestation, superbe ambiance et merci pour l’hymne Executioner’s Tax (Swing of the Axe) qui reste en tête. Personnellement, je n’aurais pas voulu être dans le premier tiers, j’aurais déjà plus de dents ><

Within Temptation [Pays-Bas – Mainstage] : juste parce que c’était le seul groupe ayant une frontwomen, à l’honneur sur une mainstage pendant le festival ! Cette année, Tarja ne rejoindra pas Sharon sur scène pour le super duo Paradise mais cette dernière sera honorée sur grand écran, portant donc 2 femmes en avant sur la Mainstage.

 


Les déceptions :

Sister of Mercy [UK – Temple]: je les attendais tellement ! J’avais même mes places pour leur date du Bataclan prévu en octobre mais avec la performance vue au Hellfest, ce sera sans moi. On ne présente plus ce groupe, empereur d’un rock gothique sans nouvel album depuis 30 ans … Autant dire que leur passage au Hellfest était à ne pas louper. Nous sommes au 3e jour, il est 1h du matin, fatigue ou pas, je cours sous la Temple avant de déchanter. Après 20 min, la foule devient plus clairsemée, j’hésite également à partir mais on va tout de même profiter en espérant un moment de jouissance…mais non. Ils sont 3 sur scène, portés par le « charismatique » (ça c’était avant) Andrew Eldritch qui ne dira aucun mot à la foule. Un set de 50 min, sans aucune âme, sans aucun échange, sans une goutte de sueur ! Limite scandaleux et irrespectueux.

Manowar [US – Nulle part] : Manorevoir

King Diamond [Danemark – Temple] : son dernier passage au Hellfest sur une Mainstage en clôture de soirée m’avait enchantée c’était donc avec joie que je me suis dirigée à 2h du mat’ sous la Temple pour rejoindre l’ex leader de Mercyful Fate. Comme à son habitude, la scène est décorée tel un théâtre glauque où le fantôme d’Abigail rôde. Hélas, ce soir, la magie n’opérera pas. Mauvais son ou mauvaise voix, mauvais jeux de lumières où le King restera dans la pénombre…je me suis emmerdée, peut-être plus l’âme d’enfant à apprécier le rock théâtral où je m’extasiais devant le meurtre d’une poupée en guise d’acteur. Quoiqu’il en soit, il a mis le paquet avec sa scène manoir sur 2 étages, aux portes et escaliers fonctionnels, la Temple n’était finalement pas un bon choix contrairement à une Mainstage.

Myrkur [Danemark – Nulle part] : annulation le matin même pour cause de grossesse…ça n’aurait pas pu se prévoir avant ?

Ultra vomit [FR, Mainstage] : je ne comprends pas l’engouement pour ce groupe, non vraiment pas !

Voir la foule chanter Sweet Home Alabama de Lynyrd Skynyrd avec des drapeaux sudistes m’interroge lorsqu’on voit ce qui se passe en Alabama.

 


Le cas Manowar  :

Le scandale de l’année qui a fait polémique et couler beaucoup d’encre, est l’annulation, le matin même, de Manowar, prévus vendredi en tête d’affiche. Que s’est-il passé ? Le groupe était présent la veille, le merchandising officiel s’est écoulé en peu de temps, et des fans venus des 4 coins du globe (Mexique par exemple) ne juraient que par Manowar. A en voir les T shirt, je ne sais pas si Manowar a marqué les esprits par sa musique ou par ses string peau de bête et corps huileux mais peu importe, c’est un des grands événements de cette 14e édition. Il est 4h du matin, dans la nuit du jeudi au vendredi lorsque leur scène est enfin montée. Leur scène est si imposante que le Hellfest a du restreindre certains groupes (d’après des infos glanées auprès de journalistes sur site). Une fois la photo de la scène envoyée au manager du groupe, ce dernier estime que la scène n’est pas assez grande et que le groupe ne jouera pas. Il manquerait 50 cm…Après négociations, le manager aurait demandé le double du cachet pour que Manowar joue sur cette scène rabotée, à savoir un cachet de 750 000€ passant à 1.5 millions €. Ben Barbaud qui a accepté l’accord, pensait donc apaiser le feu. Vendredi matin, vers 8h, le manager aurait finalement changé d’avis et en serait venu aux mains avec un des membres de l’équipe du Hellfest. Vers 9h, le groupe et son équipe quittaient le site du festival.

Sabaton, qui avait joué la veille (Knotfest sur le site du Hellfest) et fan de Manowar, était resté sur le site pour les voir jouer. Ben Barbaud leur a donc demandé de les remplacer, ce que Sabaton a accepté, au pied levé (j’espère qu’ils ont empoché le cachet de Manowar). Je tiens vraiment à souligner la performance de ce groupe qui d’une, a sauvé une partie de la soirée, et de deux, a livré un show incroyable : le chanteur n’avait plus de voix, il a donc laissé, sans aucune préparation, ses guitaristes prendre le relais sur 90% du set, tandis que lui se débattait avec les paroles à scotcher au sol en plein concert. Le groupe a du rallonger son set, remonter sa scène à l’identique avec les sacs de sable, le char et le chœur les accompagnant et gérer à l’impro ce nouveau set. Sabaton fut surpris que le public soit resté alors qu’on attendait Manowar et donnera certainement le concert qui restera dans sa carrière, le plus mémorable. Le public ne s’y trompera pas et leur fera un triomphe. Chapeau aux guitaristes qui ont du remplacer Joakim, chapeau à Joakim qui est resté sur scène à faire le show malgré tout, et merci peuple du Hellfest de leur avoir rendu l’énergie qu’ils ont donné !

Une longue bataille juridique attendrait le Hellfest face aux avocats de Manowar, qui pourraient bien faire couler le festival en demandant des millions en préjudice (espérons que non). D’un côté, le groupe a expliqué avoir mis 6 mois à créer leur scène spécialement pour le Hellfest et que les termes du contrat sur la grandeur de scène n’auraient pas été respectés. De l’autre côté, ben Barbaud a expliqué ne pas vouloir s’étaler mais que la vérité sera dite et que le souci est purement « contractuel », et que toute son équipe a fait son max pour accueillir le groupe dans les meilleures conditions (et ça personne ne le remettra en doute). Quand bien même il manquait 50 cm, en quoi cela posait problème pour jouer ?? Les mecs étaient là dès le jeudi, ils ont vendu leurs T Shirt et merdes de goodies, obtenu un cachet d’1.5 millions € (aberration) pour finalement se casser et laisser à la fois le festival et les fans dans la merde ! Belle mentalité de merde Américaine !

Attention, ces infos proviennent de journalistes et VIP que j’ai pu croiser et dont les dires se recroisent, mais restons prudents

65720488_10162019870295788_1331466061060505600_o_10162019870280788
Pour la peine je vous offre mes ampoules aux pieds

Les points négatifs :

  • La foule. Une fois de plus cette année, on a du mal à circuler d’une scène à l’autre, et l’enfer pour accéder à la Warzone. Pourtant, pas plus de billets vendus alors est-ce l’affluence des mineurs venus accompagnés où l’accumulation des corps dans les rares zones d’ombre comme la forêt ? Difficile d’agrandir le site et si le festival baisse le nombre de ses entrées, il sera impossible d’accéder au Hellfest quand on voit l’horreur que c’est chaque année sur la mise en vente des pass.

 

  • La queue aux toilettes femmes. Serions-nous de plus en plus nombreuses chaque année ? La queue aux stands de bouffe, interminable et la queue au merch….bref la queue !
65587508_10162019866100788_1635143033689210880_o_10162019866085788
mais j’ai eu mon T shirt !

Les points positifs :

  • On apprécie toujours le coin Hellfresh avec ses brumisateurs

 

  • Les joutes de caddie dans le camping
65610947_10162019868845788_8760403948512215040_o_10162019868835788
Cette photo fonctionne pour tout : les pogos, les joutes, les circle-pit … mon p’tit sherpa ❤

65301937_10162019865575788_4810234973472686080_o_10162019865570788

  • L’ajout du Knotfest (voir l’article) le jeudi était vraiment top, permettant de prolonger l’expérience d’une journée

 

  • La Mainstage du vendredi dédiée aux groupes français était une super initiative

 

  • Le Leclerc ! Bah oui, que serait un HF sans un tour au Leclerc qui programme depuis quelques temps un Off et s’applique à offrir aux festivaliers, une déco d’enfer :

Vidéos Arte :

20 concerts ont été filmés cette année (Combichrist, Emperor, No One Is Innocent…) et vous les retrouverez sur cette page (cliquez sur « en voir plus » pour avoir accès à tous les live)


Et pour 2020 ?

Ben Barbaud a expliqué dans son habituelle conférence de presse post festival à chaud, que le Hellfest allait ouvrir un bar à Paris cette année et qu’il pensait à 2 éditions du HF par an pour répondre à la demande, mais que l’ajout d’un 4e jour ne serait pas reproduit

Rendez-vous les 19-20-21 juin 2020 pour les 15 ans du festival (mise en vente surement en octobre).


==> Galerie photo du site <==

65280020_10162019865605788_940934082223669248_o_10162019865590788
On adore le sac à dos visible-invisible

10 réflexions sur “Hellfest 2019 – Bilan | Chiffres | Ambiance

  1. Bonsoir.
    Juste concernant ces..ampoules aux pieds..
    Un petit truc..
    Il suffit pour éviter cela, de mettre de la pommade « NOK » de chez Akiléîne (en pharmacie..), sur le pourtour des doigts de pieds, entre et dessous, tout comme au tendon d’Achille et sous le pied à l’arrière.(puis enfiler les chaussettes, délicatement pardessus).
    Peu importe les chaussures, mais il faut également éviter de marcher avec une paire neuve et non faite à son pied, et éviter de trop serrer les lacets, surtout pour le coup de pied et la languette de protection.
    C’est un très bon et vieil ami qui m’avait conseillé cela. Lui participait à la fameuse épreuve de marche athlétique du Paris-Colmar. La première fois et à sa première participation, il avait fait 8 ème (je l’avais accompagné de Bar-le-Duc jusque peu avant l’arrivée (j’avais fait 100 km en tout..). La seconde fois, et l’année suivante, il a fait..2 ème !
    Depuis, j’ai toujours utilisé cette pommade et procédé de la sorte, tant pour mes pèlerinages à pied à Saint-Jacques de Compostelle que pour mes grandes et très grandes randonnées..
    Bonne fin de soirée, en musique ou pas..Denis.

    J'aime

    1. Toilettes sèches, distribution 3 sacs par tente et ramassage des 3 flux de tri tous les matins (tout venant carton plastique et verre), gobelets réutilisables, pas de couverts en plastique mais en bambous bref ils essaient de faire au mieux y’a une brigade verte dédiée pendant 4 jours.

      Aimé par 1 personne

  2. Ha ha, non, c’est VRAIMENT qu’on n’a pas l’habitude de jouer à 15h, et surtout en plein jour 😉 (et on est bien content d’avoir joué sous la Temple à cette heure là, aucun regret à ce niveau, on était juste un peu dans le doute quant à ce que ça allait donner visuellement 😉 )
    et pour Le Mans j’ai bien balancé quelques vannes sur le public des conventions de tatouages en général, mais c’était pour dire que cette fois-ci on était agréablement surpris, pas l’inverse 🙂 – et on n’a pas juste joué le set, on est revenu pour les rappels, et avec plaisir (un peu trop même, en réécoutant l’enregistrement du concert, ça pêche plutôt par excès que par manque d’enthousiasme, sur la fin, ha ha 🙂 )

    J'aime

    1. Oh damn ! VX ici et la seule fois où je critique Punish 😆 disons pour me sauver la mise qu’on est tjs plus indulgents avec ceux qu’on attend le plus ?! Ou alors que les metaleux ne sont que des brebis qui broient du noir et ne voit que du negatif. Merci pour ce retour ça me rassure et je tacherai demain de modifier mon point négatif basé sur mon « ressenti ». Pour la convention il faut quand même admettre que le public était amorphe mais comme je ne fais jamais de convention et que j’étais juste venue pour votre show ça m’a surpris. Pourquoi ne pas avoir été programmé en mainstage la veille lors de la journée « 100% France » ? Sous La temple l’ambiance était heureusement démente.

      Aimé par 1 personne

      1. Si tu les as trouvés amorphes au Mans, t’aurais halluciné à d’autre conventions qu’on a pu faire, où c’était biiiiiiien pire :/

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s