Hiroshima – Japon

Carnets de voyages au Japon : épisode 4/6

Quatrième épisode du périple au Japon (archipel composé 6852 îles…Je me suis contentée d’arpenter en majorité, la principale, Honshu), où j’ai pu visiter les villes/îles suivantes :

  • Tokyo
  • Kyoto
  • Mont Fuji
  • Naoshima
  • Hiroshima
  • Miyajima
carte_japon
Voyage Japon 2017

Les carnets de voyages seront rédigés dans l’ordre du voyage, et j’espère, vous donneront envie d’aller visiter cette merveille du monde.


Après le Mont Fuji, Kyoto et Naoshima (si vous n’avez pas suivi les épisodes précédents), direction Hiroshima.

Attention, je ne suis pas historienne, encore moins médecin. Je vais vous raconter en très large ce que j’ai pu lire pendant ma visite dans le musée de la Paix, mais il faudrait des années d’études pour pondre un article sur Hiroshima, de sa préparation à ses effets. Je ne me substitue donc pas aux recherches médicales, ni faits historiques précis. Je fais des carnets de voyage, pas d’encyclopédie.


Comment aller à Hiroshima : je vais faire simple, car j’en parle dans chaque article, se référer au site Hyperdia, votre Bible du déplacement au Japon (ne pas cocher la case Nozumi / Mizuho / Hayabusa si vous avez le JR Pass). Pour ma part, en partant de Naoshima, il fallait compter 15 min de bateau et 2h de train en partant du port d’Uno.

Transports : Hiroshima est une ville très moderne ayant gardé, comme San Francisco, de vieux tramways (8 lignes), un métro pneumatique mais également des bus.

21
Tramway

Logement : il y a de l’offre au niveau hôtellerie. J’ai dormi dans un APA Hôtel (tout comme à Tokyo), réservé sur Booking. Les APA Hôtel sont l’équivalent de nos Ibis. Certes, les chambres sont toutes petites (Japanese style) mais sobres : noir et blanc, avec à disposition dans la chambre des kimonos, chaussons, claquettes et bouteilles d’eau. 10 000 yens la nuit (75€) avec petit-dej


Hiroshima est le berceau de la marque automobile (et chère à mon petit cœur) Mazda, qui a d’ailleurs donné son nom au stade de Baseball de la ville. Très moderne, on ne ressent aucun stigmate de la bombe A à première vue. Hommes d’affaires, voitures luxueuses, jardins, buildings…

Pour info : avec ses 1,2 millions d’habitants, Hiroshima est la 11e ville la plus importante du Japon.

1


Nul n’ignore cependant que la face du monde changea un 6 août 1945 à 8h15, heure de l’impact de Little Boy (larguée par Enola Gay) sur le sol d’Hiroshima, 3 jours avant le second bombardement atomique de Nagasaki par la bombe Fat Man.

« Depuis l’aube de la conscience jusqu’au milieu de notre siècle, l’homme a dû vivre avec la perspective de sa mort en tant qu’individu ; depuis Hiroshima, l’humanité doit vivre avec la perspective de son extinction en tant qu’espèce biologique. » – Arthur Koestler

Ci-dessous une reconstitution très fidèle :

Pour info : Little Boy était une bombe à Uranium, contrairement à Fat Man qui était au Plutonium.

Pour info : la bombe explosa à 500 m du sol concentrant l’équivalent de 15 000 tonnes de TNT, causant la mort instantanée de 75 000 personnes, 140 000 dans le mois, et blessant environ 80 000 personnes. Au total, c’est environ 250 000 victimes (à court et moyen terme). L’eau était rationalisée, la population « condamnée » n’y avait pas le droit, la majorité des victimes ayant survécu à la bombe le 1er jour sont mortes dans d’atroces souffrances. On a dénombré plusieurs causes mortelles, à savoir des blessures liées au rayonnement thermique, aux incendies, à l’onde de choc (explosion des organes internes et yeux, dûe à la chute de pression : barotraumatisme), les effets de souffle, l’irradiation (pas la plus majoritaire car la bombe a explosé loin du sol, cependant, toutes les personnes irradiées dans un rayon d’1km sont décédées) et enfin cancers à long terme (leucémie, estomac, foie, thyroïde…). Les 170 000 survivants quant à eux devinrent des sans-abris, 90% de la ville était détruite

Pour info : aujourd’hui, il existe encore 180 000 personnes rescapées, portant le nom « hibakusha ». Parmi elles, 2500 personnes sont atteintes de cancers en lien direct avec Little Boy ou Fat Man. Les personnes portant le nom « hibakusha » ont été mises à l’écart (difficulté pour se marier, trouver un emploi…) car des idées reçues sur le côté « génétique »  ou « contagieux » de l’irradiation courraient. De plus, ils représentaient la défaite du Japon. Les « hibakusha » sont classés en 3 catégories, en fonction de leur position par rapport à l’épicentre de la bombe, le jour du bombardement Hiroshima et Nagasaki + 1 catégorie pour les fœtus des mères se trouvant dans l’une de ces 3 catégories. Même s’ils ont « survécu », ces Japonais restent mutilés à vie et la proportion de cancers multiples ne cessent de croître chez ces personnes.

13

Pour info : Hiroshima était le 2e siège de l’armée générale du Japon et le point stratégique des défenses vers le sud. De plus, la ville n’avait jamais été bombardée, les impacts d’une bombe atomique pouvaient donc être entièrement mesurés, sachant que peu de relief (contrairement à Nagasaki) en bloqueraient les effets.

Pour info : 5 villes étaient sur la liste des bombardements, notamment Kyoto. Cette dernière a été épargnée de par son caractère culturelle, et remplacée par Nagasaki. Quant à Hiroshima, elle était à l’époque la 2e ville culturelle d’arts et d’histoire du Japon

Pour info : la seconde Guerre Mondiale a laissé place à la Guerre Froide entre les USA et l’URSS. Afin que le Japon ne se tourne pas vers les soviétiques, les USA ont reconstruit la ville à coups de millions de $. Ainsi, aucun stigmate de cet épisode, si ce n’est le dôme de la Bomb A (seul monument à être resté debout).


Musée de la Paix : pour 200 yens, accédez au musée dédié aux armes nucléaires et souvenirs/enseignements du bombardement. L’étage est consacré à l’élaboration des 2 bombardements, avec les essais Trinity, des répliques des bombes, des maquettes. Le rez-de-chaussé contient divers objets et vêtements retrouvés non loin de l’épicentre, ainsi que des pans de murs avec la tristement célèbre « Black Rain ». Toutes les montres sont bloquées à 8h15, les vêtements brûlés, en lambeaux, ensanglantés, les grains de riz carbonisés, un vélo pour enfant entièrement fondu, des bouteilles de verres fusionnées…De nombreuses photos d’archives sont poignantes, comme celles des « ombres d’Hiroshima ». La visite se termine sur l’histoire de Sadako Sasaki et de ses petites cocottes en papier. Le sous-sol contient d’autres objets, dessins et la fameuse cocotte réalisée par Barack Obama en 2016 lors du sommet du G7. Le musée est petit, et se fait rapidement, mais pas besoin de plus tellement ça prend aux tripes.

25

En dehors du musée, il y a un immense parc avec un monument du souvenir, une flamme éternelle et autres sculptures.

Pour info : il faudra attendre 2016, pour qu’un Président des USA, en exercice (Jimmy Carter et Richard Nixon étaient venus, mais hors mandat), se rende à Hiroshima. Barack Obama y réalisera d’ailleurs la célèbre « cocotte en papier ».


Focus A-Bomb Dome : situé à 160m de l’épicentre, le palais d’exposition industrielle est le seul bâtiment à être resté « debout ». Inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, il est le seul vestige et mémoire de cette matinée du 6 août 1945. Toutes les personnes qui s’y trouvaient ont été tuées sur le coup.


Focus pluie noire : appelée « Black Rain », cette dernière est tombée peu de temps après l’explosion atomique, sur une surface limitée (environ 20km). La montée verticale du « champignon » nucléaire a provoqué une pluie de couleur noire, très dense (les gouttes aussi grosses que des billes) et chargée en matériels radioactifs. Les survivants, assoiffés, se sont rués sous ce déluge qui n’a fait qu’empirer la situation. Les personnes l’ayant bue ont eu les mêmes symptômes que les personnes directement touchées par l’explosion, proche de l’épicentre. Un pan de mur imbibé de pluie noire est visible dans le musée de la Paix


Focus « les ombres Hiroshima » : je n’avais jamais entendu parler de ces « effets » visuels qui m’ont mis la chair de poule. Le musée a conservé les photographies de ce phénomène. Le flash, ou rayonnement de la bombe lors de l’explosion a été tellement intense que les objets environnants ont été « imprimés » sur le béton délavé, comme un négatif. Ainsi, après l’horreur du 6 août, on pouvait observer des moments de vie foudroyés en 1 seconde, mais photographiés sur le peu de murs encore intacts. Un des clichés les plus connus est celui d’un homme qui attendait assis sur des escaliers l’ouverture de la banque (la vidéo de la reconstitution au début de l’article y fait référence). Ce dernier a été « pulvérisé » mais son ombre est restée. Idem pour un ouvrier qui installait son échelle avant de démarrer un chantier.

 


Focus cocotte en papier : écrire « cocotte » n’est pas le terme exact. Au japon, pays de l’origami, on appelle cela des grues en papier. Ces dernières sont devenues le symbole de la ville et de la paix dans le monde, suite à l’histoire de Sadako Sasaki.

21686439_10159398646180788_3101152740482337992_n
« cocotte papier »

Âgée de 2 ans lors du bombardement, elle sera une des rares rescapées de son quartier (situé à 2km de l’épicentre) et vivra sans problème et de façon spectaculaire jusqu’à l’âge de ses 11 ans, où elle excellait dans la course à pied. A la fin d’un relais faisant gagner son équipe, Sadako s’écroula. Emmenée à l’hôpital, les médecins diagnostiquèrent une Leucémie, appelée « le mal de la Bombe A ». Sadako se rappela d’une vieille légende Japonaise, prétendant que quiconque réussira à fabriquer « 1000 grues » pourra se voir exaucer un vœux. En 1 an, Sadako fabriquera 644 grues avant de décéder à 12 ans en octobre 1955. Les amis de classe de Sadako ont décidé de perdurer son combat en fabricant les 356 grues manquantes. La vente des petites grues de papier ont permis de construire un monument en l’honneur de Sadako, représentant, à travers elle, tous les enfants morts de la Bombe A. Le monument est dans le parc du musée de la Paix.

11


Et aujourd’hui ? La ville serait moins radioactive que la Bretagne et ses granites. Un important  nettoyage a été effectué (contrairement à Tchernobyl laissée comme ville morte). La bombe ayant explosé à 500 m du sol, les particules radioactives ont depuis été lessivées, les objets, murs, routes entièrement rasés, et recouverts par du neuf. L’augmentation accrue de Leucémies depuis une trentaine d’années concernent uniquement les Hibakusha (et pas leur descendance).

Loin de vouloir faire de la politique, il y a un certain Jean-Marie, qui, décidément, trouve beaucoup de détails dans l’histoire de 39-45 : « Hiroshima n’est qu’un détail de l’histoire aérienne de la guerre »


Mais Hiroshima, c’est aussi des magasins, des néons, de la vie :


 Les Carp

Je vous conseille de vous promener ensuite dans la longue rue commerçante face au musée de la paix, et de contempler les objets insolites dédiés à l’équipe des Carp ! Le Baseball est une institution au Japon (comme quoi, les USA ont réussi à introduire, en plus des bombes atomiques, leur culture sportive) et les Carp Hiroshima, avec leur Mazda Stadium, ont leur héros.

27
Oui, même les cotons tiges…

Pour info: les Carp, s’appellent plus précisément les Toyo Carp. Toyo étant l’ancien nom de la marque Mazda

Pour info : les Carp ont connu leurs heures de gloire dans les années 80 début 90, en remportant à plusieurs reprises les ligues du centre et les Japan Séries (finale opposant le vainqueur de la ligue centrale à celui de la ligue Pacifique). En 2016, l’équipe se classa n°1 de sa ligue, renouant avec le succès, et est actuellement en tête du championnat 2017

Pour info : Carp a été donné en référence au nom du Château Hiroshima, Ri-jo, signifiant Château des Carpes. Ces dernières sont assez nombreuses dans les douves. Afin d’américaniser le tout et de ne pas s’appeler les « Ri », l’équipe s’est fait appeler Carp.

Pour info : Carp Boya est le nom du petit personnage illustrant le nom de l’équipe. Elle fut la première mascotte d’une équipe de baseball au Japon.

Je me suis achetée le maillot de leur équipe…Sans trop savoir à quelle occasion le porter et puis finalement si, j’ai trouvé ! Top vintage la soirée (un peu de gaieté dans cet article) :


Un plat traditionnel :

Le plat principal est l’Okonomiyaki : « couche de choux, de germes de soja, du porc, d’œufs et de nouilles, soba ou udon, le tout sur une sorte de fine crêpe ». Je n’ai hélas par goûté, je ne me rappelle plus très bien où j’ai mangé ce soir là pour être honnête.

15
Ce n’est pas l’Okonomiyaki mais je ne savais pas où placer cette photo (peau de ? séchées)

Le Saké :

Ville du Saké ! He oui, il suffit de vous rendre dans le quartier de Saijo, pour comprendre que le célèbre Ginjô-shu (saké) y est né. Vous y trouverez des « brasseries » à Saké et de nombreuses boutiques raffinées. Je m’en suis trouvé sur l’île de Miyajima, et en effet, ce dernier provient bien d’Hiroshima. Hiroshima en fait c’est notre Bourgogne (ou Bordeaux).

Pour info : le saké (nihon-shu) est issu d’un processus de fermentation du riz, contrairement au mei kuei lu, qui lui, est distillé avec un alambic. Le saké se boit aussi bien froid que chaud et tout au long d’un repas (comme nous avec le vin). Le « saké » reste un alcool assez fruité et absolument pas fort (rien à voir avec ce qui est servi dans certains restaurants asiatiques-français). Après, c’est comme le vin, des multitudes de saveurs et de qualités, et là, je ne pourrai absolument pas vous guider.


==> Galerie Photos <==

7


Retrouvez les autres épisodes :

7 réflexions sur “Hiroshima – Japon

  1. Très intéressant ton article! En effet je ne connaissais pas non plus l’histoire des ombres de la bombe. C’est bien que la bombe ait explosé dans les airs, ça leur a permis de ne pas avoir leur sol trop imprégné, mais quelle tragédie!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s