La Nouvelle-Orléans, Louisiane – États-Unis

Épisode 8/8 : NOLA Baby ! On y est ! Laissez les bons temps rouler, à nous les déambulations dans le French Quarter à écouter du Jazz en buvant des Daiquiries et mangeant les beignets du Café du Monde….

Introduction : voici l’épisode 7/8 de mon road-trip à travers 4 États des USA. Après la côte Ouest, la côte Est et les grands parcs naturels, me voilà dans le sud pour 16 jours, avec mes 2 supers amies. Autant vous dire que je ne sais par où commencer.

Je vais couper en 8 épisodes mes récits. Ils seront par ordre chronologique du voyage sauf concernant l’épisode « Pays des plantations ». Il me semble plus logique de rassembler toutes les plantations dans un seul article et ne pas les éparpiller.

Pour vous repérer, en bleu le trajet réalisé à travers la Louisiane, le Tennessee, le Mississippi et l’Arkansas (2000 miles)


Enfin ! On y est ! Après tout ce périple, nous voici à la dernière étape, et pas des moindres, la Nouvelle-Orléans, surnommée également : NOLA (New-Orleans LouisianaA), The Big Easy (la grande décontractée), Crescent City (la ville croissant car épouse une courbe du fleuve Mississippi), The Big N.O ou encore Mardi Gras City, Home Of Blues, Birthplace Of Jazz, The City That Care Forgot (en hommage aux 8000 victimes de la fièvre jaune en 1853)….Bref, les surnoms ne manquent pas, mais nous garderons NOLA.

5
M-L-J face au Mississippi – New Orleans
  • Petit historique :

La ville a été fondée en 1718 par Jean Baptiste Le Moine, en hommage au Régent de France, alors Duc d’Orléans. C’est donc au départ une ville française vendue aux Espagnols avant de redevenir française puis définitivement vendue, avec la Louisiane, par Napoléon Bonaparte, en 1803 aux USA, pour 80 millions de francs. Cependant, la ville garde une forte empreinte française, que ce soit dans le nom de ses quartiers (French Quarter, Faubourg Marigny, Fontainebleau, Audubon…), des rues (Toulouse, Chartres, Orléans…), dans ses fêtes (Mardi gras), dans sa langue (créole, cajun), dans ses noms de magasins ou encore dans sa devise « laissez les bons temps rouler »….

NOLA a accueilli, en plus des colons français fondateurs de la ville, des migrants français de St Domingue fuyant la révolte haïtienne avec leurs esclaves dans les années 1810. Ces derniers, chassés de Cuba par les Espagnols se consacreront à la culture du coton.

Pour info : NOLA est la plus grande ville de Louisiane (mais pas sa capitale qui est Bâton-Rouge) avec 1, 25 millions d’habitants (sur 4,7 millions que compte la Louisiane)

Pour info : la Louisiane est le seul État des USA avec un système légal basé sur la Loi Civile issue des codes Français (influence de Napoléon, qui d’ailleurs, avait programmé de terminer ses jours ici). Idem concernant les élections locales, la Louisiane est le seul État à se caler sur le droit Français concernant les élections locales : un premier tour avec l’ensemble des candidats puis si pas de majorité à 50%, second tour avec les 2 premiers candidats, sans prendre en compte le nom des partis

55
Casino Harrah – New Orleans

Au début des années 1900, le quartier du centre-ville (District) est surnommé Storyville du fait de sa débauche constante (alcool, prostitution, jeu d’argent…). Un décret spécifique à NOLA a été voté en 1897 fixant les limites de la prostitution, devenant ainsi légale : « À compter du premier octobre 1897, il sera interdit à toute prostituée publique ou femme notoirement abandonnée à la lubricité d’occuper, habiter, vivre ou dormir dans toute maison, pièce ou réduit à l’extérieur des limites suivantes : au sud de Customhouse [Iberville], de la rue Basin à la rue Robertson, à l’est de la rue Robertson, de la rue Customhouse à la rue Saint Louis, de la rue Robertson à rue Basin ». Ainsi, plusieurs maisons à l’intérieur de ce périmètre arborait une lanterne rouge, indiquant la présence d’une maison close. Afin de divertir les clients, bons nombres de boites de nuits ou de saloons s’ouvrent, et ainsi est née l’émergence du jazz (aucune mixité raciale n’est cependant permise au sein des groupes musicaux). Le décret fut abrogé pendant la 1ere guerre mondiale car les maladies que peuvent engendrer de telles pratiques sont inconcevables avec l’effort de guerre. Ainsi, un décret interdit la mise en place de maisons closes à moins de 5 miles d’une base militaire. Or, il y a une base de la navy à NOLA. Suite à ce nouveau décret, le tourisme sexuel est en chute libre, plusieurs boites fermeront peu à peu, forçant tous les jazzmans au chômage à migrer vers Chicago ou New-York.

Pour info : l’accès aux maisons closes étaient interdites aux hommes noirs. Cependant les prostituées étaient de toutes origines.

Pour info : plus de 3000 prostituées travaillaient à Storyville. Afin de croitre le tourisme sexuel, la parution du blue book arriva à tous les coins de rues. Le blue Book répertorie toutes les prostituées (photos, origine, services proposés, lieu, tarifs…). S’ajoute au Blue Book des annonces publicitaires de vente d’alcool, de tabac etc.

30
Esplanade de l’Aquarium Audubon – New Orleans

  • Ouragan Katrina, aout 2005 / Catastrophe pétrolière, 2010 :

Certainement l’ouragan le plus meurtrier (catégorie 5) avec  des rafales à 280km/h et causant la mort de plus de 1600 personnes uniquement en Louisiane et plus d’un millions de personnes déplacées. Les dégâts sont également les plus lourds qu’ait connu le pays avec un montant de 82 milliards de $.

Aujourd’hui, plus aucune trace de Katrina hormis le quartier Lower Ninth Ward. Nous avons à plusieurs reprises demandé aux habitants s’il y avait des séquelles visibles et ils nous rigolaient au nez en disant « mais ça fait 10 ans ! ». Il reste quand même, dans son jus, le parc d’attraction Six Flags Jazzland, totalement dévasté. Nous sommes passées devant le Mercedes-Benz Superdome, d’une capacité de 72 000 places et haut de 77m, ayant accueilli la majorité des habitants délogés. 5 ans après, la structure recevait la finale du Superbowl où l’équipe des New Orleans Saints s’est imposée face aux Atlanta Falcons.

Pour info : en 1987, le Superdome a accueilli 87 500 personnes lors du concert des Rolling Stones pendant la finale du Superbowl, réalisant ainsi le record du monde d’affluence pour un concert indoor

Pour info : NOLA fut la ville la plus touchée par Katrina, perdant 25% de sa population (déplacée vers d’autres États et pas revenue depuis, sans parler des nombreuses victimes). Sa police a également connu un gros scandale avec plus de 30% d’abandon de postes et de représailles envers la communauté noire, plus affaiblie à ce moment (affaire Danziger)

175
Shooting Photo – New Orleans

Pour info : NOLA est située 6m sous le niveau de la mer et est bordée à la fois par la Old Man River (Mississippi) et le lac Pontchartrain

Pour info : la Louisiane fait en superficie un peu moins du 1/4 de la France

1 mois après Katrina, un second ouragan de catégorie 5 toujours, nommé Rita, est une fois de plus passé sur la Louisiane…En 2010, la Louisiane connaitra la pire catastrophe pétrolière de l’histoire, avec l’explosion de la plateforme BP située à 70km de NOLA. 12 hectares de marais et des centaines de km de plages du Golfe du Mexique seront touchés. Il faudra attendre 87 jours avant que les fuites ne soient bouchées. Pendant tout ce temps, c’est plus de 4 millions de barils qui se sont écoulés…Les pertes sont colossales pour la faune et la flore, sans parler du milieu marin.

La menace « aquatique » reste la plus grande crainte de la ville. 24/24, 20 stations pompent l’eau du sous-sol, créant ainsi le plus grand réseau de drainage au monde (2500 km de tuyaux et 360 km de canaux).

54
Royal Street – New Orleans

  • Gastronomie :

La cuisine Louisianaise est plutôt raffinée par rapport au reste du pays. Le melting-pot important qu’a connu cette région est une évidence sur la qualité gustative : mélange d’épices, de plats traditionnels, de poissons frais…NOLA concentre à elle-même toute la culture gastronomique du 18e État des USA. Nous avons pu gouter le meilleur Jambalaya de notre vie, au Coop’s (il faut faire la queue mais ça vaut le coup ! Merci Lucien pour ce bon plan) ou encore nos écrevisses juste cuites à l’étouffé et bien épicées au French Market…sans parler des beignets du Café du Monde etc…

1- Jumbalaya/Jambalaya

C’est LE plat typique de la Louisiane par excellence. A base de riz créole bien épicé, mélangé à des saucisses, des crevettes, gambas, jambon, lapin…C’est une véritable tuerie en bouche.

Pour info : le plus dégueu se trouve au Cornet’s et le meilleur au Coop’s (prévoir 1h de queue)

2- Gumbo/Gombo

Cet autre plat typique de la Louisiane est une sorte de soupe, ou ragout, vraiment bon, à base de crevettes, sauce piquante, riz et de la Ste Trinité (céleris + poivrons + oignons). La sauce est souvent épaissie avec du « gombo » (plante tropicale) mais ici, les créoles se servent d’un mélange de crustacés appelé « roux ». Le Gumbo Louisianais est donc plus fumé que les autres, du à cet épaississant mais également à l’ajout de saucisses et autres viandes fumées.

3- Crawfish / écrevisses

La pêche d’écrevisses est une mine d’or dans le coin et on se régale dans tous les petits ports par les écrevisses, simplement cuites à la vapeur dans un mélange très très épicé. Un régal ! Mais quelle merde à décortiquer ! On les savoure avec une Blackened Voodoo ou Purple Haze Abita (bières locales)

Pour info : dégustez les au French Market, le tarif est fixé en fonction du poids et du cours du marché le jour même…on a serré les fesses car on n’avait donc aucune idée du prix mais finalement, ce n’est vraiment pas onéreux

4– Beignets du Café du Monde

Le Café du Monde est une véritable institution. Construit en 1862, ses recettes n’ont pas changées. Le Café du Monde propose du café au lait-chicorée, et des beignets français (3$ les 3). Il faut être patient, car la queue est très très très longue pour avoir la chance de gouter à ces petites raretés saupoudrées de sucre glace. Cependant, je vous conseille de faire la queue au « drive » qui ne vend que des beignets de 3 par pochon.

5- Daiquiries

Les Daiquiries sont les boissons alcoolisées de New-Orléans, à ne pas confondre avec le cocktail cubain Daiquirie. Attention, ces petites boissons bien fraiches sont bien corcées en Rhum, vous ne vous verrez pas partir au bout du 2e…Énormément de déclinaisons possibles, et à tous les coins de rue ! Saveur mangue, banane, coco, fraise…il y en a pour tous. La boisson est un concentré de Rhum, de sirop et de glace pilée formant une pâte, le tout tournant dans des petits récipients à hublot.

Pour info : les meilleurs sont surement ceux du Laffite’s Blacksmith avec le Voodoo Daiquiri (raisins, cassis)

77
Daiquiri Fraise, Daiquiri Voodoo – Lafitte’s Blacksmith Shop, New Orleans

6- Hot sauce / sauce piquante

Vous trouverez ici des dizaines de magasins spécialisés dans les sauces piquantes (toutes marques, toutes formes…) et vous pourrez acheter la sauce la plus piquante du monde (la Flashbang hot sauce), interdit aux moins de 18 ans, remise contre signature d’une décharge de responsabilité du vendeur face aux risques encourus.

28
sauce piquante interdite au -18 ans

7- La praline

La ville regorge de vente de pralines (douceur au chocolat avec cacahuète, noix de pécan, de forme circulaire). Ces dernières ont été importées par les sœurs Ursulines de la ville d’Orléans.

8- Huile noix de pécan, huitres,  Po-Boys (déjà parlé dans l’épisode sur Bâton-Rouge)…

105
St Ann Street – New Orleans

  • Quartiers :

Pour commencer, passez au visitor center et demandez Lucien ! Il parle Français et a tout un tas de bons plans à vous donner (et il parle beaucoup).

Celui qu’on arpentera plus d’une fois est évidemment le plus célèbre, le French Quarter (ou Vieux Carré). On fera un tour à Tremé, puis à Garden District, Faubourg-Marigny…

1- Garden District est un quartier plutôt résidentiel mais le résidentiel de luxe (architectures greek revival, italiennes). Toutes les maisons sont plus énormes les unes que les autres, avec de beaux jardins. Lucien vous donnera un plan avec 25 maisons à visiter, ce que nous avons fait (maisons de Nicolas Cage, Sandra Bullock, Trent Reznor, Anne Rice… ou encore celle du film de L’étrange histoire de Benjamin Button). Si vous avez le temps, allez faire un tour au Book Shop, c’est vraiment mignon et cosy, une librairie sous un toit de verre avec des petites boutiques de plantes, et à côté, vous aurez un café. Si je n’avais pas fait mon boulet (ouais enfin personne n’a pensé non plus à redonner les clefs, ni même cette connasse qui a vérifié la voiture), bah on aurait pas du faire un A/R à l’aéroport et on aurait pu un peu plus glander dans ce quartier bien calme et ombragé.

2- Tremé est le plus ancien quartier afro-américain du pays. A l’époque de l’esclavage, il était le quartier des Hommes de couleurs « libres », et le dimanche, les noirs non-esclaves venaient danser sur Congo Square . L’ancien quartier Storyville (si vous avez lu plus haut, alors le côté lanternes rouges et compagnie doit clignoter dans votre tête) était basé sur les hauteurs de Tremé. Ce quartier a mauvaise réputation et on nous interdira d’y aller la nuit. Bon problème, il contient le parc Louis Armstrong qui est le seul truc éclairé au loin et qui nous a tapé dans l’œil à l’angle d’une rue du vieux carré (les 2 quartiers sont côte à côte). Du coup, on a flippé notre face en marchant jusqu’à l’arche illuminée du parc de nuit car aucun lampadaire n’éclaire les rues ! Dès qu’on quitte le vieux carré, c’est le blackout total. Bref on s’est fait peur toutes seules et pour rien car d’une part, il n’y avait rien à voir et d’autre part, il ne s’est rien passé. On a voulu passer par Tremé pour visiter le cimetière St Louis n°1 mais on ne trouvera, dans cette partie de quartier, que le cimetière n°2. Le célèbre cimetière est à la limite entre Tremé et French Quarter (j’y reviendrai plus tard pour les explications).

Pour info : une série sur HBO se nomme Tremé (4 saisons) et concerne donc ce quartier 3 mois après le passage de Katrina

Pour info : Tremé tire son nom du français Claude Tremé. Ce dernier, criblé de dettes a quitté la France pour venir s’installer en Louisiane. Il fut le premier Français à rendre la liberté a ses esclaves et à leur donner accès à la propriété (mais restera criblé de dettes même après son exil)

200
Jeanne d’Arc – Decatur Street – New Orleans

3- Algiers Point c’est le nom donné au quartier sur la rive d’en face. Prenez le ferry (2$) face au Casino et une fois arrivé (5min de traversée du Mississippi), le point de vue sur NOLA est superbe. Vous pouvez longer le bord du fleuve, une ballade est balisée mais sans véritable intérêt, sauf quand on croise notre ami le chien. Ce quartier concentre beaucoup de Shotguns (vous vous rappelez la définition ? Ces maisons comprenant qu’un couloir principal permettant de tirer à l’arme à feu facilement s’il y a une intrusion) et vous pourrez y gouter la soupe à la tortue.

74
Notre ami le chien – Aligiers Point, New Orleans

Pour info : pour les petits budgets, privilégiez ce ferry plutôt que la croisière sur le bateau à aubes

Pour info : le romancier William Burroughs a vécu dans ce quartier (Marianne Faithfull est une grande fan et a interprété certaines de ses héroïnes au théâtre)

89
Vue d’Algiers Point – New Orleans

4- Faubourg Marigny

Bernard de Marigny (créole né en Louisiane), un riche propriétaire d’une plantation, a décidé d’allotir ses terres, créant ainsi le quartier de Marigny, en banlieue du Vieux Carré. Par la suite, Bernard (ou Nanard pour les intimes) acceptera de ne vendre ses terres qu’aux personnes parlant Français, ou aux hommes de « couleur libres » (personne de couleur, non-esclave). Rapidement, le quartier étant bien placé (assez proche du Vieux Carré mais en périphérie), deviendra un quartier de plaçage, c’est à dire là où vivent les maitresses des hommes blancs.

Dans ce quartier, les maisons sont très colorées, serrées et en bois avec un étage. Il faut venir arpenter la rue de Frenchmen Street. C’est ici que les clubs de jazz sont les plus réputés, moins touristiques qu’à Bourbon Street. D’ailleurs, les locaux viennent plus ici, jazzer, que dans le Vieux Carré.

5- French Quarter (ou Vieux Carré), par où commencer…le cœur de NOLA. Musique, alcool, fête, resto’, patrimoine mais aussi odeurs de gerbe au petit matin. Ce quartier transpire la joie de vivre et ses côtés no-limit. L’architecture est sublime avec des maisons colorées, à étages et balcons en fer forgé dentelé. Beaucoup de petites cours intérieures et de végétation. Les noms des rues sont inspirées de l’histoire de France comme la plus célèbre d’entre-elle, Bourbon Street (dynastie des Bourbon). On y trouve également Toulouse et Dumaine Street (enfants illégitimes de Louis XIV et de la Montespan, devenus Ducs du Maine et de Toulouse), Orleans Street, Chartres Street, St Louis Street (hommage à Louis IX qui donna son 1er nom au fleuve du Mississippi, le fleuve St Louis)

Pour info : NOLA est née à partir de ce quartier. Hélas, il a été ravagé par un incendie en 1788. Seul le couvent des Ursulines a été épargné. La reconstruction s’est ainsi faite sous domination Espagnole, d’où le caractère hispanique à l’architecture.

65
French Quarter – New Orleans

Impossible de manquer Jackson Square (anciennement appelé Place d’armes), entouré de boutiques (ainsi que de l’office de tourisme), face au Café du Monde et à l’Église St Louis. Cette dernière, ravagée en 1788 a été reconstruite en 1793 (architecture française). Le terrain à l’arrière servait aux duellistes de l’époque (d’où le nom Place d’armes). Elle a été rebaptisée en l’honneur du Général Andrew Jackson, qui a protégé NOLA de l’attaque des Anglais en 1815, aux côté de Jean Lafitte (qui faisait la loi dans les mers caraïbes). Par la suite, Andrew Jackson, alors Démocrate, deviendra le 7e Président des USA (il sera à l’origine du plus grand génocide d’Amérindiens…beaucoup d’ailleurs d’entre eux refusent d’utiliser le billet de 20$ à son effigie). Andrew Jackson sera le 1er Président à faire face à une tentative d’assassinat, rendue très célèbre par cette gravure (les 2 pistolets du tueur s’enrailleront).

29
Église St Louis – New Orleans

Pour info : Jackson Square a été conçu sur le modèle de la Place des Vosges à Paris. Il existe 3 versions de la statue de Jackson par Clark Mills aux USA : NOLA, Nashville et Washington (visible dans le générique de la série Scandal)

121
Statue d’E.Jackson, Jakson Square – New Orleans

Pour info : observez les feuillages des arbres, vous y verrez de nombreux colliers accrochés

101
Jackson Square – New Orleans

Pour info : au croisement des rues Chartres et St Louis, il y a la Maison Napoléon, construite par Nicolas Girod en 1797 (maire de l’époque), qui attendait l’exil de Bonaparte pour lui offrir. Elle est par la suite devenue une épicerie puis un bar durant la période de la Prohibition (1919-1933 : fabrication, transport, importation, exportation et vente de boissons alcoolisées interdites, sous la pression d’un mouvement religieux dit mouvement pour la tempérence)

Impossible de parler du French Quarter, sans parler de Bourbon Street…C’est LA rue des bars et des lancés de colliers. J’y testerai l’excellent cocktail Resurrection (bon après, clairement, votre cerveau il fait l’ouragan) composé de 10 sortes de rhum, citron et Gin, le tout dans un verre en forme de tête de mort clignotante (et le must : vous pouvez modifier la rapidité du clignotement). On prendra des Bloody Mary (cocktail au piment), des bières dans des verres tout simplement HUGE assises pépouzes aux balcons et on fera LA rencontre du voyage : mamie choux !

1
Cocktail Resurrection et Daiquiri Voodoo

Qui est mamie choux ? Elle se nomme Marie François, née le 7 aout 1947, vote au parti démocrate et est tout simplement incroyable ! Elle parcourt Bourbon Street avec son vélo lumineux et son enceinte portative. Elle fait danser tout le monde dans la rue grâce à son Iphone branché en blutooth sur Deezer. Niveau vêtements, c’est un feu d’artifice, surtout ses baskets, elles aussi lumineuses. Elle a une patate d’enfer et nous danserons tous les soirs avec elle sur Electrical Slide, When Doves Cry, Uptown Funk et Cupid Shuffle.

IMG20165150237753170
Le Facebook de Marie

Elle nous apprendra à moover une sorte de Madison (et je ne suis pas du tout au point contrairement à Justine) et bref, l’amour fou. On lui fera fumer le cigare malgré qu’elle n’aime pas ça et nous demandera, à chaque fois, de prendre soin de nous. Il faut la voir, c’est un sacré phénomène à 69 ans, elle danse de 15h à 4h, se roule par terre et toujours le sourire. (voir ma petite vidéo ci-dessous, à la fois sur le vélo puis après en train de nous faire coucou, car oui, mamie choux et nous, c’était fusionnel, elle nous reconnaissait !)

Aller sur Bourbon Street sans un bon cigare, il manquerait quelque chose à l’aventure NOLA. Dans le vieux Carré, il y a un fabricant de cigare, il roule ses feuilles sur place, alors, que demander de plus. Mais la véritable coutume là-bas, est le lancer de colliers. Si une femme est perçue comme jolie (ou si elle montre ses seins), elle doit attraper un collier (ça marche aussi pour les hommes) et pour être la reine de la soirée, il faut attraper le plus de colliers possible (et interdit de les ramasser par terre). Voilà pourquoi les feuillages des arbres sont plein de colliers, ou encore le sol les lendemains de soirées.

27
Cigar Factory New Orleans

176
Lancés de colliers – New Orleans

Idem, si vous êtes sur Bourbon Street et Sant-Anne Street, il faut visiter la maison de Marie Laveau, transformée en temple vaudou (achats d’objets en tout genre).

Une autre particularité du Vieux Carré est la présence très marquée de la communauté LGBT. Cette dernière concentre toutes ses forces à la préservation du quartier et organise de nombreux évènements. La communauté est plus qu’intégrée au paysage, ce qui contraste avec les idées des USA du Sud.

157
Bourbon Street – New Orleans

  • Voodoo

La célébrité de la ville reste Marie Laveau, grande prêtresse du Vaudou. Elle est d’ailleurs enterrée au cimetières St Louis (au nord du French Quarter) où sa tombe serait une des plus visitées des USA, juste derrière Elvis Presley et devant Marilyn Monroe.

Pour info : le cimetière St Louis est le plus vieux de la ville (1789) et a été construit loin des populations (à l’époque) pour éviter la propagation d’épidémie de fièvre jaune. Les cimetières de NOLA ressemblent tous à des mini villes, chaque tombe est surélevée et possède son mausolée assez haut, évitant ainsi, pendant les inondations, que les corps flottent dans la ville (et avec la nappe phréatique et les bayous, impossible de creuser en pleine terre).

Pour info : ne jamais se balader seule dans les cimetières, et surtout pas le St Louis n°1. De nombreux rites voodoo et d’agressions y sont recensés. Pour visiter la tombe de Marie Laveau, il vous faudra payer l’entrée et être obligatoirement accompagné d’un guide

Pour info : vous pourrez tomber également sur la tombe de Nicolas Cage (prévoyant) en forme de grande pyramide blanche

165
Cimetière St Louis n°3

Marie Laveau (Voodoo Queen), fille d’un propriétaire de plantation et d’une mère de couleur libre, vivra 87 ans à NOLA. Elle aura 15 enfants avec le second homme de sa vie, et une de ses filles se fera passer pour elle, après sa mort. Marie Laveau, coiffeuse chez bon nombre de blancs issus de la bourgeoisie, investira dans une maison close où elle pratiquera des séances occultes, toujours entourée de son serpent Grand Zombi. Sa renommée de Reine du Vaudou dépassera les frontières de NOLA, et sa réputation de voyante ne fera que grandir (voyante…elle soudoyait de très nombreux domestiques dans son réseau afin d’être au courant de tous les potins de la ville). Elle avait cependant la connaissance des herbes curatives que n’avait pas la médecine traditionnelle. Ainsi, elle sauvera des dizaines de personnes revenues du front de guerre. Marie Laveau ne supportait pas les exécutions publiques, et la légende raconte qu’elle fera une procession la veille d’une exécution de deux esclaves sur la place d’armes, et qu’au moment de la pendaison, les cordes cèderont. Suite à cet épisode, le bourreau choisira d’exécuter tous les autres condamnés, en privé. Marie Laveau s’est donc créé un réseau fort influent, à la fois crainte et vénérée, elle jouissait des pleins pouvoirs, jusqu’à renverser certains jugements. En 1870, Marie se retira de la scène vaudou pour laisser place à sa fille, qui lui ressemblait comme 2 gouttes d’eau.

Elle sera retrouvée décapitée en haut de sa maison en 1881 et sera enterrée dans le cimetière St Louis n°1 (sa tombe, peinte par un fanatique en rose bonbon il y a 3 ans, ne passe pas inaperçue). Peu de temps après, beaucoup d’habitants ont affirmé voir son fantôme roder dans les parages, mais l’explication la plus probable serait les déambulations de sa fille « Marie Laveau II », qui se faisait passer pour sa mère.

Une autre personnalité sombre de NOLA a marqué les esprits, il s’agit de Delphine LaLaurie, je vous laisse lire ICI le résumé car histoire très très glauque

113
Voodoo style – New Orleans

  • Mardi gras / Jazz fest :

1- Mardi Gras : 1 millions de fêtards déboulent dans les rues pendant Mardi Gras ! C’est une fête monstrueuse où la plupart des magasins sont fermés et les rues sont bondées de défilés costumés et masqués. Importée par les Français, cette fête fut interdite sous l’occupation Espagnole puis remise au goût du jour par les créoles, malgré le fait qu’aucun défilé masqué n’était toléré aux USA au XIXe. Au programme : musique, défilés de chars (avec le plus grand au monde nommé Leviathan), nourriture, alcool etc…Peut être pas le meilleur moment pour visiter la ville.

Deux parades s’affrontent : celle de Rex et celle de Zulu (parade Noire fondée en 1910 pour parodier Rex). La pâtisserie populaire pendant cette fête est le King Cake (galette des Rois).

Pour info : la période est aux alentours de mi-février

2- Jazz Fest : autre gros moment de l’année, le festival de jazz qui se déroule à hippodrome sur 12 scènes différentes. Chaque scène a son style et met également en avant la cuisine Louisianaise. Des personnalités comme Bon Jovi, Joe Cocker ou encore Neil Young y ont participé.

Pour info : la période fin avril – début mai

78


  • Jazz :

Le jazz est né à NOLA. L’origine du mot est un recoupement de deux significations. La première est un dérivé du mot Jass (qui, en créole, signifie le coït) car les jazzmans avaient une façon de bouger rappelant…bon bref vous avez compris. La seconde fait référence à Jezebel (prostituée dans la Bible) où, durant la grande époque de Storyville, il était coutume de dire « I’m goin’jazzin » (je vais aux….). C’est à Storyville que le Jazz a pris définitivement son nom, en 1910. Le Jazz a émergé de la culture des esclaves qui avaient pour habitude de se réunir le dimanche dans des Bamboulas (d’où l’expression : faire la Bamboula) où ils mélangeaient danse, chants et rites vaudou. Le jazz a mixé 3 courants : la fanfare noire (bals, enterrements…), le Ragtime (airs de quadrille entendus chez les Créoles) et le folklore noir transmis de générations en générations depuis le départ des esclaves de leur terres d’origine.

Pour info : dans le lexique du jazz, le terme Nouvelle-Orléans signifie une structure orchestrale de 5 à 8 instruments où on distingue parfaitement la partie rythmique de la partie mélodique

Pour info : Louis Armstrong et Sidney Bechet sont natifs de la ville

133
Statue Louis Armstrong – Algiers Point, New Orleans

On posera nos fesses 2 soirées au Lafitte’s Blacksmith Shop , le plus vieux bar des USA, du nom du corsaire Jean Laffite qui en fera sa planque, construit dans les années 1750. Il est classé monument historique.


  • Bateau à roues à aubes

Les bords du fleuve sont occupés par le Steamboat Natchez, bateau à aubes datant de 1975, tout droit sorti de Tom Sawyer (son créateur Mark Twain, a d’ailleurs habité à NOLA). Vous pouvez monter à bord pour une croisière, ou tout simplement l’observer sur la rive. Avant le départ, une petite musique est jouée à son dernier étage grâce à l’orgue à vapeur (steam calliope) :

Pour info : ce bateau est un sternwheelers  (une seule roue à l’arrière), se différenciant des « sidewheelers » (roues à aubes sur les côtés )

Pour info : seuls 5 bateaux à aubes naviguent encore sur les fleuves des USA, dont 3 sur le Mississippi. Entre 1811 et 1900, 156 bateaux ont coulé entre St Louis et l’Ohio (explosion de la chaudière)

129
Steamboat Natchez – New Orleans

  • Musée de la Seconde Guerre Mondiale (WWII)

Oui, on peut également s’instruire à NOLA. Ayant déjà visité et re-visité les musées de Normandie et de Caen, allons voir la vision outre Atlantique de ce conflit. Il se situe sur Magazine Street dans le CBD, et qui a t-il d’autre dans cette rue ? Le meilleur hamburger de ma vie : le Warehouse Classic à 10$ au Warehouse Grille !

26
Warehouse Classic Burger – New Orleans

Pour info : le musée de la WWII est situé à NOLA car les Higgins Boats (bateaux à rampes qui s’abaissent sur les plages pour laisser sortir les soldats) étaient construits en Louisiane

Le musée est monstrueux (bah …on est aux States quoi…), sur plusieurs étages avec des dizaines de salles, bref il faut 10h pour faire le tour. Le conflit est séparé selon les périodes : la route vers Tokyo, le débarquement (D-Day), la route vers Berlin…

A l’entrée on vous remet un badge (Dog-Tag) puis vous entrez dans le train Union Pacific, relatant le début de l’histoire puis, via votre badge, vous aurez à suivre les aventures d’un personnage (qui a réellement existé), tout au long du musée. Chaque étage/salles ont des écrans tactiles, celles et ceux qui le souhaitent y insèrent leur badge et suivent l’épopée de leur personnage (par contre, si vous avez un militaire de Pearl Harbor par ex, vous n’aurez pas d’histoire le concernant dans les étages du D-Day, mais vous pourrez toujours collectionner des artefacts). Une fois chez vous, vous pouvez utiliser le badge sur le site du musée afin d’approfondir la vie de votre personnage et l’histoire des différents objets collectionnés tout au long de votre visite. Les personnages varient, à la fois héros de guerre US, déportés, nazis…

61
Musée de la WWII – New Orleans

Moi j’avais Dudley Mush Morton, commandant du célèbre sous-marin USS-Wahoo, le premier à avoir coulé un sous-marin ennemi et à être entré en mer du Japon. Il a également mis au point la technique du « coup à la gorge » sur les Destroyers, en laissant son périscope sorti. Son dernier sous-marin, hélas, après plusieurs victoires (19 navires ennemis coulés), sera porté disparu en 1943 (bombardé de façon très virulente). On ne retrouvera jamais son corps. En 1958, l’USS Navy nommera un Destroyer en son honneur USS Morton DD-948.

Pour info : tarif musée 26$, avec le film 31$, avec le film et l’attraction 36$

Pour info : aucune traduction disponible durant toute la visite, démerdez-vous avec ça

Pour info : prenez vos tickets à l’avance pour l’immersion dans le sous-marin. C’est une attraction qui dure environ 30 min dans laquelle vous êtes commandant et vous devez torpiller vos ennemis. De plus, il y a un film en 4D, produit par Thom Hanks, Beyond All Boundaries qui, parait-il vaut vraiment vraiment le détour (nous n’avions pas le temps), diffusé dans le théâtre du musée (théâtre à l’envergure du musée…évidemment).

64
Quartier CBD – New Orleans

  • Pour dormir ?

Nous avons posé nos valises au NOLA Jazz House, une auberge de jeunesse tenue par 2 nanas complètement barrées (et un mec gay très effacé) : Vanessa & Jessica, à 20 min en cable-car du centre ville (5 min s’il ne s’arrêtait pas tous les 5m !!). Vanessa est tombée raide dingue de mes lunettes, et Jessica est une hystérique de Beyonce. Nous avions une chambre pour 3, et le principe reste celui d’une auberge de jeunesse : douches, toilettes, cuisine en commun.

25
Les découvertes du matin

Au bout du second matin, on a grave pris le rythme : Leslie aux gaufres, moi aux pancakes, Justine à installer la table sur la superbe terrasse en bois. Putain que c’était le bonheur !

36
Petit-dej au NOLA Jazz House – New Orleans

  • Lexique :

Quelques mots entendus à New-Orleans (et en Louisiane en général) qu’il faut décoder (je ne reviens pas sur la différence entre Créole et Cajun hein !)

  • Berceuse : rocking-chair
  • Boucane : fumée
  • Char : voiture
  • Chaudière : casserole
  • Chevrette : crevette
  • Cocodril : alligator
  • Fais-dodo : bal populaire Louisianais en référence aux mères qui attendaient que leurs enfants s’endorment avant d’aller danser toute la nuit
  • Femelle : épouse
  • Fromille : fourmi
  • Galance : balançoire
  • Gaz : essence / Huile : pétrole
  • Go Cups : doggy-bag
  • Icitte : ici
  • Jongler : penser
  • lâcher la patate : être découragé
  • Laisser les bons temps rouler : c’est devise de la ville, écrite en français sur la majorité des supports, mais on peut également trouver Let the good times roll
  • Maringouin : moustique
  • Mèche : marais
  • Ouaouaron : grenouille
  • Paré : prêt
  • Piastre : $
  • Ça me fait zire : ça me dégoute
  • Zydeco : style musical Cajun. Mélange d’accordéon, de blues, de country, et autres musiques traditionnelles cajun, le tout sur des textes en français cajun. Le nom Zydeco serait une déformation de Zarico (en référence à une musique Les haricots ne sont pas salés)

J’aurais bien rajouté Pop-Corn pour tortue mais pas certaine que ce soit homologué ?! (Si vous n’avez pas compris, veuillez vous référer à l’épisode 6/8 sur les Bayous).

180
Humour ! New Orleans

Pour info : pour vous rendre de l’aéroport à la Nouvelle-Orléans, vous avez 3 possibilités : soit le taxi (36$ la course que vous soyez 1 ou 2 puis ajouter 15$ pour la 3e personne ou plus, soit un total pour 4 personnes par ex de 51$) soit la navette à 24$/personne, soit une autre navette, la E2 qui vous dépose près du terminus Tulane (l’université) où il vous faudra prendre ensuite le street-car vert, le tout pour 2$ mais 1h20 de temps de transport.

79
Entrée Vieux Carré – New Orleans

Voilà…c’est la fin du résumé de ce périple en 8 épisodes. Merci à mes coupines pour ces 20 jours incroyables, merci à tous les employés des Visitor Centor pour leurs Pin’s gratuits dans chacune des villes, merci à Chloé, Sarah & Don, Patty, Eddy, Rocky, le Sheriff de Bâton-Rouge, le Biker, la police montée de NOLA, les Firefighters de NOLA, la policère à moto de NOLA, mamie choux etc etc… ! Le prochain voyage est déjà en préparation et passera par le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Calédonie, en novembre 2017. D’ici là, portez-vous bien.


==> Galerie Photos <==

88

2 réflexions sur “La Nouvelle-Orléans, Louisiane – États-Unis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s